Secteur de l’emploi : Étirement des distorsions sur le marché

Jacaranda
L’emploi se fait de plus en plus rare à Madagascar, alors que l’effectif de la population active montre une forte croissance.
L’emploi se fait de plus en plus rare à Madagascar, alors que l’effectif de la population active montre une forte croissance.

Malgré la croissance exponentielle de l’effectif de la population active, la création d’emploi se fait de plus en plus rare. Cette année, le nombre d’employés nouvellement enregistrés a baissé de 11,9%.

L’offre d’emploi a considérablement baissé cette année, alors que la demande ne cesse de croitre. Une situation qui pousse une grande partie de la population active à se lancer dans le petit commerce ou dans d’autres activités qui ne procurent aucune création de richesse. Même le secteur public est concerné, avec une baisse de l’offre d’emploi de 2,6%, par rapport à l’année dernière. Comme on pouvait s’y attendre, le secteur de l’industrie est celui qui est le plus touché par le ralentissement des activités, après le tourisme et le loisir. Dans le domaine de l’emploi, l’industrie a affiché une baisse du nombre de nouveaux employés de 24,6%, par rapport aux chiffres enregistrés en 2012. La situation est pire dans le secteur du tourisme et des loisirs, avec une baisse des nouveaux emplois atteignant 25,2%.

Défavorable. Malgré la fin de l’instabilité politique qui s’annonce, les opérateurs expriment toujours leurs craintes sur l’environnement des affaires, qui présentent de hauts risques d’échec pour les activités naissantes. Malgré cela, les services financiers ont réussi à développer leurs activités. Avec les services d’assurances, ce sont les seuls secteurs à avoir recruté plus d’employés, par rapport à l’année dernière. Les autres secteurs comme la pêche, l’agriculture, l’élevage, le transport, les services divers, et même l’enseignement et les organisations de bienfaisance ont recruté moins, cette année. Au total, le nombre de travailleurs nouvellement affiliés à la Caisse nationale de prévoyance sociale a baissé de 11,9%. Une situation qui va générer, une fois de plus, des effets irréversibles sur l’économie, vu que les années précédentes ont également été marquées par l’aggravation du chômage et du sous-emploi.

Antsa R.

Share This Post