Route Digue : Deux dates de fin de travaux pour un seul chantier encore inachevé

Premier délai contractuel le 29 octobre 2013.
Premier délai contractuel le 29 octobre 2013.

La longue et meurtrière période transitoire dirigée par le trop jeune Andry Nirina Rajoelina aura été également marquée par beaucoup trop d’anomalies dans le domaine de l’octroi de marchés publics.

« Date de fin des travaux selon contrat: 29 novembre 2013 » Le panneau affichant les détails techniques des travaux relatifs à la réparation de l’ouvrage sur RN 58 A au PK 11 X 980  indique qu’à l’heure actuelle le chantier devait normalement être bouclé. Il s’agit pour être plus précis de la construction d’un dalot sur une portion de la route digue, juste après Infinity Auto. Et pourtant ce n’est pas encore le cas puisque au grand étonnement des usagers, la route y est encore coupée. Ce qui oblige les automobilistes à emprunter une déviation. Et ce, depuis 5 mois puisque les travaux avaient débuté au mois de juin dernier.

Embouteillage. Et ce qui est d’autant plus étonnant concernant ce  chantier, c’est qu’il y a déjà deux dates de fin de travaux. La première le 29 octobre 2013 et la deuxième le 29 novembre 2013 (voir nos photos). Autrement dit, il y a eu un avenant, pour une raison ou une autre. Mais ce qui est étonnant c’est qu’après déjà un mois de retard, les travaux ne sont pas encore finis. Provoquant ainsi un embouteillage  monstre sur cette  portion de route pendant les heures de pointe.

Privilégiés. Cette anomalie au niveau du délai de bouclage de ces travaux témoigne en tout cas du flagrant disfonctionnement du marché public malgache miné par la  corruption surtout depuis l’ère transitoire de Andry Rajoelina où les proches de la Présidence notamment sont privilégiés  en matière d’octroi de chantier accordé pour la plupart, de gré à gré.  L’on apprend d’ailleurs sur ce point que si Antananarivo n’a pas encore son hôpital « manarapenitra », c’est qu’il parait que des matériels fournis par un fournisseur proche d’Ambohitsirohitra ne sont pas aux normes et auraient été refusés par l’architecte de cet hôpital dont l’inauguration n’a toujours pas eu lieu. Un scandale de plus pour la transition qui a surtout enrichi une minorité et appauvri l’immense majorité de la population.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication