Prix à la consommation : Forte hausse dans trois secteurs



Jacaranda

Avec la piètre performance de l’économie malgache, les produits locaux ont affiché les plus fortes augmentations de prix, durant cette année 2013. En effet, ces produits ont contribué à 81 % de la variation globale des prix à la consommation. Ils représentent environ 76,3 % des marchandises commercialisées dans la Grande Ile. En glissement annuel, les prix des produits locaux ont augmenté de 7,2 % ; contre 6,6 % pour les produits semi-importés et 6,3 % pour les produits importés. Ces indicateurs confirment une fois de plus les difficultés de faire des affaires, comme l’a affirmé le rapport Doing business 2013.

Publics. En ce qui concerne les produits de première nécessité, la variation est de 8 % entre novembre 2012 et novembre 2013. Cette hausse contribue à 36,8 % de la variation globale, à cause de l’importance de ces produits sur le marché local. Pour on ne sait quelle raison, les services publics ont également connu de hausse de prix considérable, avec 16,6 % à l’affiche. Les services privés n’ont pourtant qu’un faible taux d’accroissement de prix de 6,6 % pendant la même période. En outre, si les prix des produits vivriers non transformés ont monté de 4,9 % en un an, ceux des produits vivriers transformés ont augmenté de 11,5 %. Bref, le coût de transformation est de plus en plus élevé. D’après les responsables des petites et moyennes entreprises, c’est surtout le mauvais environnement des affaires qui engendre cette situation. Les produits manufacturés industriels et artisanaux ont augmenté respectivement de 4,5 % et de 9,2 %. Pour les opérateurs, cette hausse n’est pas suffisante pour garder la même marge bénéficiaire pour leurs activités. « Nous sommes contraints de garder un prix assez bas pour faire face à la concurrence sauvage des produits importés », a confié un industriel de la Capitale.

Enseignement. Pour les produits alimentaires, les boissons et les tabacs, la variation des prix à la consommation n’est que de 6,7 %, par rapport à 2012. Par ailleurs, les consommateurs ne se montrent  pas enthousiastes sur les biens d’investissement comme les logements, les ameublements, les équipements ménagers ou l’entretien. Ces biens et services n’ont connu qu’une petite variation de prix de 3,6 % à 5,6 % ; contrairement à l’enseignement qui a une forte augmentation de prix de 21,6 %. Les loisirs, les spectacles et les services liés à la Culture sont également devenus chers pour les consommateurs, avec une hausse de 13,2 %. Bref, l’économie subit actuellement une inflation qui est pourtant ralentie par la dégradation du pouvoir d’achat des consommateurs, si on se réfère à l’évolution des prix selon la fonction des produits.

Antsa R.

Share This Post