Pétrole : Madagascar sortira ses premiers barils cette année

Jacaranda

Coca Zero Madagascar

Le pétrole de Madagascar jaillira bientôt du sol.
Le pétrole de Madagascar jaillira bientôt du sol.

On l’a annoncé à plusieurs reprises  sans qu’il y ait eu des résultats perceptibles. Mais cette fois-ci sera peut-être la  bonne en ce qui concerne la production pétrolière à Madagascar.

Selon un article paru dans la dernière édition de la Revue MCI, une publication trimestrielle du cabinet Madagascar Conseil International, l’agence américaine de l’Energie rattachée au gouvernement américain, vient de mettre sous surveillance deux pays, en l’occurrence le Mozambique et Madagascar, deux nations africaines qui rentreront dans le club des pays africains producteurs de pétrole en 2014.

Tsimiroro. En ce qui concerne plus particulièrement la Grande île, le magazine précise que 15 compagnies y exploitent actuellement 18 blocs Onshore sur 21 répertoriés et 6 blocs offshore sur 228. « Rien que pour les blocs de Tsimiroro et Bemolanga, Madagascar s’attend à une production annuelle de 2,7 milliards de barils » A propos du gisement de Tsimiroro justement, la compagnie Madagascar Oil qui en est l’exploitant affiche actuellement un résultat encourageant. En effet,  le 2 septembre dernier,  Madagascar Oil a annoncé son résultat trimestriel qui montre un solde de trésorerie restreinte de 1,1 million de dollars avec un cash de 42,5 millions de dollars à la date du 30 juin 2013. « Madagascar Oil mise beaucoup sur les six mois à venir à partir  du mois d’août, suite à la phase du début d’injection de vapeur qu’elle a opérée  dans ses puits sur le site de Tsimiroro. Deux générateurs sont entièrement opérationnels depuis, et un troisième puits qui sera très prochainement exploitable », lit-on dans la Revue MCI. Au total, 19 puits étaient soumis à l’injection de vapeur pour une évaluation initiale de leurs capacités. 18 sur 19 ont connu un succès et l’équipe d’extraction  sur place était obligée de remettre le dernier en l’état  car celui-ci présentait une fuite en surface, ce qui  a empêché  l’injection de vapeur. « Ces injections opérées par Madagascar Oil ont permis à la date du 23 août 2013, une production totale de 10 000 barils de brut. La cadence est appelée à s’accélérer et la compagnie prévoit une déclaration de la capacité de commercialisation provenant du site en début 2014. Ce communiqué sera accompagné d’un rapport d’étude de faisabilité pour concevoir un plan de développement détaillé destiné aux investisseurs et actionnaires ». En somme, Madagascar Oil est actuellement dans une phase décisive et « la compagnie prévoit d’extraire 1,7 milliard de barils de brut de toutes ses réserves sur la Grande Ile »

Bemolanga. « Asa angamba atsy ho atsy ». Bemolanga est également en bonne voie. Selon toujours la Revue de MCI, la compagnie britannique Tullow Oil, Plc est confiante sur ses sites de forage à Madagascar, plus exactement dans les réserves de Bemolanga.  « Elle compte commencer les travaux de forage sur ce célèbre site pétrolifère en 2014. Ces travaux concernent plus de 9 000 m2 dans le bassin de Morondava et un autre bloc de 11 000 m2 à Berenty » Dans tous les cas, la compagnie qui a déjà investi 30 millions de dollars  demeure confiante, malgré les difficultés qu’elle rencontre avec la douane et le fisc malgache concernant l’acheminement de leurs matériels.

D’autres compagnies. Mais l’exploitation pétrolière malgache ne se limite plus à ces deux sites historiques que sont Tsimiroro et Bemolanga. D’autres grandes compagnies pétrolières du globe sont également présentes et dont les travaux sont en phase avancée. « Wilton Petroleum est la compagnie détentrice à 20 % de l’exploitation du bloc de gisement pétrolier 2102 de Marovoay. Elle l’exploite avec Ophir Madagascar  Mtd qui possède le reste des 80 % de droit d’exploitation. Ce bloc qui se trouve au nord-ouest de Madagascar mesure 8 447 km2 en onshore. La discussion sur la future acquisition de Wilton Petroleum a été reportée à la fin du mois de septembre, car Ophir Madagascar a décidé de changer la date de début d’exploitation qui n’aura pas lieu avant avril 2014 ». Le Qatar un autre grand pays pétrolier est également en lice à travers la compagnie OMV qui est une société autrichienne  dont la compagnie d’Abu Dhabi dénommée IPIC, actionnaire à 25 %  vient d’acquérir  40 % de participations auprès de Niko Ressources et un autre Canadien Enermad sur le bloc pétrolier appelé Grand Prix de Madagascar. Bref, il y a de bonnes perspectives et si la crise ne continue pas à perturber l’avancée des travaux dès cette année 2014, Madagascar entrera enfin dans le rang des pays pétroliers.  A moins de ne pas être « lany vatsy » par cette interminable crise.

R.Edmond


Share This Post