Artisanat : Le modèle et le design maîtrisés

Jacaranda

« Nous n’avons plus peur du copiage ! ». Des artisans ayant bénéficié des appuis du programme PROSPERER Analamanga en témoignent. En effet, « nous maîtrisons correctement le design servant à créer de nombreux modèles tout en évitant les pertes de matières premières lors de l’exploitation et la fabrication des produits artisanaux », d’après leurs explications. Une artisane détenant une petite et moyenne entreprise en vannerie et décoration, en provenance de la commune d’Ambohijanaka Merimanjaka, dans le district d’Atsimondrano, en témoigne.

Concurrence. « Auparavant, nous devions brûler le reste des matières premières utilisées après avoir découpé une forme de porte-feuille en raphia, entre autres. Maintenant, tout peut se transformer en collier ou en décoration de rideau ou en sous-verre », a-t-elle raconté. A part la gestion des matières premières, ces artisans utilisent la technique de teinture naturelle afin de qualifier leurs articles de bio. Même les déchets tels que les feuilles mortes et les emballages peuvent être également exploités pour la confection des produits artisanaux. Ils n’ont pas ainsi peur de la concurrence. Par contre, ils déplorent que les matières premières de qualité sont exportées massivement par des opérateurs étrangers à l’extérieur. Il s’agit notamment du raphia, de la peau et de cornes de zébu.

Non encore exploités. Par ailleurs, certains artisans acceptent de transférer leurs compétences et leurs créativités à leurs pairs. C’est le cas d’une artisane qui se spécialise en matière de vannerie macraméepour la fabrication de sac, de bracelet, de collier et de serre-tête. C’est une grande première dans le pays. D’autres utilisent des matières premières non encore exploitées auparavant, comme le tissu en coton servant à fabriquer un collier et le sisal pour la confection de sac et de chapeau. En fait, les idées ne manquent pas pour ces artisans créateurs. Il faut savoir qu’ils n’exportent pas encore leurs produits car il s’agit d’une première découverte. En dépit de tout cela, ils ont pu exposer leurs articles durant le salon de la créativité organisé l’an dernier à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo. « Ce sont notamment les nationaux qui constituent pour l’heure nos principaux clients », ont-ils conclu.

Navalona R.

Blueline Air Fiber

Share This Post