ONG Bel Avenir : Accueil de jeunes calédoniens pour un chantier international



Jacaranda
L’accueil chaleureux des jeunes Malgaches à leurs amis Kanaks
L’accueil chaleureux des jeunes Malgaches à leurs amis Kanaks

Une dizaine de jeunes de Nouvelle Calédonie arrivent à Tuléar pour
 un chantier international avec des jeunes malgaches

Ils sont arrivés cette
 semaine à Tuléar pour le démarrage d’un chantier international d’un mois en compagnie d’ une
dizaine de jeunes malgaches encadrés à l’ONG Bel Avenir.
L’objectif du chantier est de mettre en place des rencontres
interculturelles, sociales et professionnelles entre jeunes de
 différents horizons afin d’apporter une ouverture d’esprit et d’approfondir leurs connaissances.

Des jeunes en difficulté   Les visiteurs  sont des jeunes Kanaks, âgés de 17 à 29 ans,  en
 difficulté venant des tribus de la Province Nord de Nouvelle
 Calédonie. « Ce sont des jeunes qui ont arrêté leur parcours scolaire, soit parce qu’ils n’avaient pas l’envie d’aller à l’école, soit parce qu’ils n’en avaient pas les moyens. Et ils n’ont pas de travail », explique
 André Selefen, encadrant calédonien du groupe.
 « Le chantier va leur permettre de sortir de la tribu et de faire déclic en connaissant  d’autres jeunes d’un autre environnement social, économique et politique. Pour qu’ils comprennent qu’il n’y a pas que la tribu dans la vie. C’est un détour pour un meilleur retour », 
martèle-t-il.

Une grande fraternité. L’ensemble du groupe est parti hier à Mangily pour participer dans 
des activités d’agriculture et d’élevage que l’ONG Bel Avenir organise dans cette 
ville. De plus, ils feront l’animation d’une classe verte tournée sur la sensibilisation
 environnementale avec des enfants bénéficiaires de l’ONG.
La troupe sera de retour le 27 septembre pour une semaine à Tuléar où 
ils participeront à la préparation de l’Alahady Sport Festival et
 l’Alahady Music Festival, festival que l’ONG Bel Avenir organise
 chaque mois avec ses élèves de l’École de Sport et du Centre d’Art
 et Musique. Ils auront lieu le 2 février prochain, juste avant que les jeunes calédoniens et malgaches partent ensemble vers des activités de découverte touristique par la RN7 de Tuléar à Tana. Malgré la grande différence culturelle, les jeunes ont commencé le
 chantier dans un esprit très ouvert et flexible. « Je sens déjà une fraternité intense. Nous sommes très proches », remarque Rivelis, un des jeunes malgaches 
participants au chantier. « J’ai découvert que nous avons des traditions communes. J’ai découvert que, comme nous, ils versent du liquide par terre pour les ancêtres. »

Recueillis par Patrice RABE

Share This Post