Développement : Madagascar sur les traces des pays asiatiques



Jacaranda

Le boom économique  des pays émergents d’Asie peuvent servir de modèle pour le développement de Madagascar.

Dans cinq ans le Bangladesh sortira du club des pays  d’Asie les moins développés. Citée hier par le Professeur Jean Pierre Lehmann lors d’une conférence-débat organisée par le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM) et le groupe SOCOTA, cette information interpellera probablement  les dirigeants et toutes les entités politiques ou économiques quant à l’avenir économique de Madagascar qui se trouve actuellement dans le rang des pays les plus pauvres du monde.

L’heure africaine. Pour le Professeur Lehmann, l’heure africaine est maintenant là et Madagascar pourrait faire partie des prochains pays émergents en Afrique. Ce Professeur Emérite d’IMD (Institute for Management Development) à Lausanne prend pour témoin le décollage économique de beaucoup de pays asiatiques comme le Japon et la Chine qui figurent actuellement parmi les grandes puissances mondiales. Ou encore, « la Corée du Sud, qui, en deux décennies est passée du statut d’un pays extrêmement pauvre, à celui de 12e rang mondial en termes de bien-être de sa population grâce notamment à une politique industrielle visant l’exportation ». Il y a également le Vietnam qui, en s’ouvrant aux investisseurs étrangers  et en mettant l’accent sur l’éducation de sa population, est  passée du 187e au 134e rang mondial  en une vingtaine d’années, selon les indicateurs de la Banque Mondiale.

Outre, le principal conférencier, le Pr Jean-Pierre Lehman, les intervenants, dont SEM François Gooldblatt, Ambassadeur de France, Noro Andriamamonjiarison Président du GEM, Salim Ismail PDG du groupe SOCOTA, Sahondra Rabenarivo Juriste Associée de Madagascar Law Office ont mis en avant les leçons à tirer de ces trois modèles de développement pour Madagascar.

Ouverture intelligente. D’après ces conférenciers Madagascar peut, comme ces pays l’ont fait, pratiquer une politique d’ouverture intelligente, qui s’appuie sur les richesses du pays, mettre en place un environnement des affaires qui suscite la confiance des investisseurs, entretenir une relation plus étroite avec la diaspora, pratiquer des politiques orientées vers l’éducation, la santé et les infrastructures ainsi que le renforcement des capacités techniques et administratives. Placée sous le thème « Les perspectives de Madagascar dans un monde en transformation », cette conférence qui s’est tenue à l’IFM, et qui sera probablement suivie d’autres, a pour vocation de faciliter une rencontre du secteur privé avec des étudiants de l’enseignement supérieur malgache. Ils étaient d’ailleurs 200 étudiants en fin de cursus universitaire à y avoir assisté.

R.Edmond.

Share This Post