Transports : Le ticket de bus reste à 400 ariary dans l’Atsimondrano

Le Député Jaona Randriarimalala avec Ralita un engagé dans la défense des consommateurs.
Le Député Jaona Randriarimalala avec Ralita un engagé dans la défense des consommateurs.

Le Député Randriarimalala Harijaona élu dans l’Atsimondrano est intervenu pour éviter une perturbation en matière de transports urbains dans sa circonscription d’Atsimondrano

Travailler pour ses électeurs.  Ce slogan qu’il a prôné pendant la campagne des élections législatives ; le Député élu d’Atsimondrano Randriarimalala Harijaona alias Jaona Elite, l’applique déjà sur le terrain. Il vient, en effet d’intervenir pour éviter ce qui aurait été une grande perturbation des transports urbains dans cette partie de la capitale. Ces derniers temps en effet, les transporteurs de cette zone suburbaine ont prévu d’augmenter leurs tarifs à partir d’aujourd’hui.  Une décision motivée notamment par des motifs apparemment valable. Ces transporteurs se sont plaints, à juste titre, du fait que les tarifs actuels ne leur permettent pas de  faire convenablement du profit. « Cela fait des années que les tarifs n’ont pas bougé, alors que les prix des carburants ont toujours augmenté, par ailleurs, le mauvais état actuel des rues entraîne des dommages qu’il faut réparer, en dépensant beaucoup d’argent », soutiennent notamment ces transporteurs, pour motiver ce projet d’augmenter les tarifs qui devait passer aujourd’hui de 400 ariary à 500 ariary  sur l’ensemble de l’Atsimondrano et de 500 ariary à 600 ariary pour la destination Vontovorona.

Bonne intention. Mais finalement et au grand bonheur des usagers cette hausse n’aura pas lieu.  Informé sur cette situation, le Député Jaona Randriarimalala s’est concerté avec l’Union des  Coopératives des Transporteurs Suburbains (UCTS) et le Réseau National de Défense des   Consommateurs (RNDC) pour éviter cette hausse et pour ne pas perturber  les transports publics dans cette zone. Ce Député élu a en effet trouvé les moyens de subventionner sur une période définie les transporteurs. Du coup, les tarifs restent à 400 ariary et 500 ariary sans que les transporteurs continuent d’accuser des pertes. « Nous avons décidé d’appliquer cette solution  provisoire car nous estimons qu’il est très difficile pour les usagers de supporter une hausse des prix, alors que les transporteurs ont également le droit de gagner leur vie », a déclaré, hier, lors d’une conférence de presse, le Député Randriarimalala Harijaona.  Il a tenu à souligner que c’est une solution temporaire en attendant la mise en place du gouvernement qui se chargera de trouver les  solutions en matière de tarifs de transports urbains. Il a toutefois promis qu’il œuvrera en faveur des consommateurs auprès de l’ Exécutif. Une bonne intention pour un Député élu qui veut réellement défendre les intérêts des électeurs.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication