Port de Toamasina : De grands chantiers en perspective



Jacaranda
Le port de Toamasina poursuit sa route vers la modernisation.
Le port de Toamasina poursuit sa route vers la modernisation.

Le Grand Port qui a tenu malgré la crise renoue à partir de cette année avec les grands projets qui vont révolutionner le transport maritime malgache

Une année charnière. 2014 le sera pour le port de Toamasina qui va reprendre les   chantiers. Notamment le projet d’extension en partenariat avec le gouvernement japonais dont les relations avec Madagascar sont en train de reprendre. « On n’attend plus que la formation du nouveau gouvernement malgache pour relancer le programme d’aide publique au développement pour Madagascar » a notamment déclaré l’ambassadeur du Japon à Madagascar SEM  Ryuhei Hosoya lors d’une réunion préparatoire qui s’est tenue la semaine dernière au ministère des Affaires étrangères. Par ailleurs, une délégation de la coopération technique japonaise a effectuée des séances de  travail au port de Toamasina la semaine dernière. Une simple reprise des contacts, qui constitue en tout cas  le démarrage du processus du grand projet d’extension du port, suspendu en 2009 à cause de l’accession au pouvoir d’un régime issu d’un coup d’Etat.

Bonnes perspectives. Selon Christian Avellin Eddy, le Directeur Général de la Société du Port à gestion Autonome de Toamasina (SPAT), un certain nombre de conditions doit tout d’abord être rempli avant l’effectivité de cette reprise. Ce qui n’empêche pour autant pas aux autorités portuaires de poursuivre les efforts déjà entrepris l’année dernière dans une logique de continuité. « Le port de Toamasina est en chantier et plusieurs travaux ont déjà été entrepris en 2013 dans le cadre du projet de développement et d’extension du port » selon toujours le DG de la SPAT qui envisage l’avenir sous de bonnes perspectives en poursuivant que « nous sommes obligés d’avancer car la compétition accrue entre les ports de la région encourage les armateurs et les chargeurs à choisir certains ports comme plate-forme d’éclatement et de convergence des marchandises » Une place que le port de Toamasina a des chances de remporter avec les grands chantiers en cours et à venir et qui sont prévus dans le plan urgent du schéma directeur de développement du port de Toamasina.

Fonds propres. A commencer par l’extension des aires de stockage des conteneurs et des véhicules. En effet, un nouvel emplacement de 8 hectares est prévu pour permettre une meilleure fluidité des mouvements des conteneurs à l’intérieur du domaine portuaire. Il s’agit de travaux financés sur fonds propres permettant de régler les problèmes liés au manque d’espaces. Cela handicape le bon fonctionnement du port de Toamasina qui assiste actuellement à un accroissement du transport conteneurisé enregistrant ces dernières années une augmentation annuelle de 10%. Toujours dans le cadre de l’amélioration de capacité d’accueil au port, un nouveau site de stockage pour les véhicules vient également d’être aménagé. Et ce pour faire face à la croissance constante de l’importation de véhicules qui a augmenté de près de 40% entre 2009 et 2012. Selon la Société de Manutention des Marchandises Conventionnelles (SMMC) 10 759 véhicules ont été débarqués au port de Toamasina en  2012. On compte également parmi les grands chantiers déjà réalisés ou en cours, l’aménagement d’un site de stockage de chromite. Dans tous les cas, les grands projets miniers dont Ambatovy sont les plus grands utilisateurs des infrastructures portuaires.

Apogée. Des infrastructures qui connaîtront leur apogée en 2018 avec entre autres grands travaux : la construction d’un quai à conteneurs « Quai C4 » de 320 m de longueur et de 14  m de profondeur dans le prolongement du quai C3 ; le prolongement du brise-lames sur une longueur de 345 m pour sécuriser la navigation à l’intérieur de la base, l’approfondissement jusqu’à 14 m des quais existants au Mole C1 ; C2 et C3, faisant un total linéaire de 526 m ; le remblaiement de 10 ha du récif Hastie qui sera utilisé comme terre-plein à conteneurs ou encore la construction d’un passage supérieur à l’entrée du port pour éviter le conflit entre le rail et la route. D’ici-là Toamasina aura la chance de devenir le grand port de l’Océan Indien.

R.Edmond

Share This Post