Intégration régionale : Madagascar veut adhérer au fonds du COMESA



Jacaranda
Lors de l’intervention du ministre des Affaires étrangères, Ulrich Andriantiana au Conseil des Ministres du COMESA.
Lors de l’intervention du ministre des Affaires étrangères, Ulrich Andriantiana au Conseil des Ministres du COMESA.

La délégation malgache a sollicité le COMESA et les partenaires techniques et financiers à procéder à la signature du compact Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture en Afrique.

Madagascar a participé activement à la 32e Réunion du Conseil des Ministres du COMESA 5 Marché commun de l’Afrique Orientale et Australe) qui s’est déroulé les 22 et 23 février dernier à Kinshasa, dans la République Démocratique de Congo. La délégation dirigée par le ministre des Affaires étrangères, Ulrich Jacques Andriantiana est composée par le ministre de la Pêche et des Ressources Halieutiques, Manoriky Sylvain, le ministre du Commerce, Olga Ramalason et des techniciens des ministères concernés. Deux membres du secteur privé, à savoir le vice-Président de la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar, Brice Andrianomenjanahary et le Président Directeur Général du groupe Guanomad, Erick Rajaonary y ont été également invités dans le cadre du forum économique organisé par le COMESA.

Zone de Libre-Echange. Le thème choisi lors de cette réunion est « Consolidons le commerce intra-COMESA en développant les micro, petites et moyennes entreprises ». Lors de son intervention, le ministre des Affaires étrangères, Ulrich Jacques Andriantiana a fait part aux Etats-membres de ce bloc régional de l’intention de Madagascar, d’adhérer au Fonds du COMESA pour cette année 2014. Cela permet à la Grande Ile de bénéficier le programme intitulé « Mécanisme d’Appui à l’Intégration Régionale » qui a pour objectif d’appuyer  les pays membres afin qu’ils puissent participer pleinement  à la Zone de Libre Echange du COMESA. En fait, le soutien via ce Fonds du COMESA porte notamment sur l’atténuation des coûts d’ajustement budgétaire et des pertes  de recettes spécifiques dues à la mise en œuvre des politiques et programmes visant à la libération du commerce intra-régional. Le chef de la délégation a également plaidé à ce que des études et politiques promotrices particulières surtout dans le domaine des infrastructures soient établies dans le dessein de permettre aux pays insulaires comme Madagascar, Seychelles et Comores de bénéficier davantage de l’intégration régionale.

Engagement commun. Par ailleurs, il a sollicité le COMESA et les partenaires techniques et financiers de procéder à la signature du compact du Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture en Afrique. En effet, un accord a été déjà signé l’an dernier avec la partie malgache composée des ministères de l’Agriculture et de l’Elevage, ainsi que du secteur privé. Ce programme fournit aux pays membres une opportunité d’appui politique, technique et financier pour le développement du secteur agricole tout en tenant compte de leurs engagements communs. Il s’agit notamment de la réalisation d’un taux de croissance annuel d’au moins 6% et de l’allocation d’au moins 10% du budget national à ce secteur. Et compte tenu de la crise traversée par le pays, Madagascar a demandé le rééchelonnement du paiement des arriérés de ses contributions, a-t-on communiqué.

Navalona R.

Share This Post