Marché de l’automobile : Près de 12 500 véhicules importés en 2013

Les achats de véhicules sont plus fréquents en juillet et août, c’est-à-dire, en période de vacances. L’année dernière, les importations étaient importantes, malgré un contexte économique difficile. Au Centre d’immatriculation d’Antananarivo, les séries de numéros d’immatriculation s’épuisent très vite.

La série TBC a été attribuée aux véhicules nouvellement immatriculés depuis le 20 janvier dernier. Jusqu’à hier matin, 1 854 numéros sont déjà pris sur cette série. Ce qui traduit une importante hausse de l’importation de véhicules neufs et d’occasion, car les véhicules immatriculés dans le Centre d’immatriculation d’Antananarivo, venant des autres Faritany ne représentent environ que près de 11,7 % de l’ensemble. Outre les concessionnaires, les particuliers et les opérateurs informels importent également de plus en plus de véhicules. Cette situation est d’ailleurs visible à vue d’œil, avec les véhicules d’occasion exposés et mis en vente dans tous les coins de rue de la Capitale. Une activité qui rapporte gros pour les opérateurs informels, mais qui engendre également un énorme manque à gagner pour l’Etat.

Préférences. 19 599 véhicules ont été nouvellement immatriculés, l’année dernière, dont 12 497 ont été importés. Les motos ne comptent pourtant que 7 758 unités, parmi l’ensemble de ces véhicules. Ce qui traduit un nombre important de voitures. D’après les données fournies par le Centre d’immatriculation d’Antananarivo, 6 696 voitures particulières ont été enregistrées, contre 2 057 camionnettes, 1 699 véhicules de transport en commun et d’autres genres de véhicules.  Selon l’origine, 5 477 véhicules neuf ont été importés par les concessionnaires, l’année dernière. Mais il faut croire que la majorité des acheteurs préfèrent les véhicules d’occasion à cause de leurs prix plus abordables. En effet, 6 995 véhicules usagés importés ont été constatés en 2013, ce qui représente plus de la moitié des véhicules importés, y compris les engins à deux roues.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication