Botozaza Pierrot : Pour l’amélioration de la gestion de la Siranala



Jacaranda
Le VPM Botozaza Pierrot se met à l’écoute des dirigeants et des employés de la Siranala.
Le VPM Botozaza Pierrot se met à l’écoute des dirigeants et des employés de la Siranala.

La promotion de l’industrie malagasy n’attend pas la nomination du futur chef du gouvernement. Vendredi dernier, le vice-premier ministre en charge de l’Economie et de l’Industrie Botozaza Pierrot a effectué une descente à Morondava où il a inauguré le nouveau siège de la société Siranala dont le patrimoine fait l’objet d’une location gérance par la société chinoise Sucoma. Dans son discours, le vice-premier ministre a rappelé l’amélioration faite dans la gestion de la Siranala par la Sucoma. « Le contrat de location-gérance a été renouvelé en 2012. La Sucoma a apporté un investissement supplémentaire de 24 millions de dollar dont 8 millions de dollars pour améliorer la gestion et 16 millions de dollars pour atteindre l’objectif de 200 000 T de canne à sucre et de 20 000 T de sucre par an », a-t-il fait savoir. Avant d’annoncer : « La Siranala aura bientôt un nouveau statut qui permettra d’impliquer tout le monde dans la gestion de la société, avec la mise en place d’un Conseil d’Administration. »

Dialoguer. D’après le vice-premier ministre Botozaza Pierrot, l’implication de tout le monde dont notamment des notables de Morondava et de la région de Menabe permettrait de faciliter la résolution des problèmes sociaux que connaît la Siranala. Il a parlé à ce propos du phénomène de squattérisation dans le domaine de la société. « Il faut dialoguer avec ces squatteurs. On ne peut pas les expulser sans avoir préalablement trouvé l’endroit où ils seront placés. C’est pour cette raison qu’il faut impliquer tout le monde dont par exemple le service des Domaines », estime le vice-premier ministre. Selon lui, la société Siranala doit contribuer efficacement non seulement au redressement de l’économie nationale, mais également et surtout au développement de la région de Menabe. « Si la Siranala se développe en créant des emplois, c’est avant tout pour la population de Morondava et de la région de Menabe », a-t-il souligné.

Recueillis par RAJAOFERA Eugène

Share This Post