Importation de tracteurs : Les enquêtes se poursuivent

L’Inde va remplacer les matériels et équipements obsolètes en raison de leur stockage pendant des années au port de Toamasina. (Photo d’archives)
L’Inde va remplacer les matériels et équipements obsolètes en raison de leur stockage pendant des années au port de Toamasina. (Photo d’archives)

Dans le cadre d’un partenariat entre les gouvernements indien et malgache, plus de 300 tracteurs avec divers accessoires ainsi que des équipements servant à monter quatre unités de fabrication d’engrais ont été importés de l’Inde en 2008. Mais ces équipements et engins ont été bloqués au port de Toamasina depuis 2009 suite au problème de dédouanement. Et encore, certains tracteurs et matériels sont portés disparus. « Du côté de l’Etat malagasy, les enquêtes se poursuivent actuellement pour identifier les suspects puisque c’était le fruit d’un partenariat avec un financement remboursable à taux préférentiel de la banque indienne Exim Bank. Par contre, le gouvernement indien a déjà promis qu’il va remplacer les équipements et matériels usés qui ont été stockés depuis des années au port de Toamasina. C’est la raison de la descente d’une équipe de techniciens sur place pour évaluer leurs états », a déclaré Irimanana Emilson Enikaja, le secrétaire général du ministère du Commerce, en marge de la cérémonie d’ouverture du « Catalogue show » hier.

Exonération de taxe. Il appartient ainsi au gouvernement malgache de prendre des mesures drastiques pour résoudre cette affaire. L’Inde, de son côté, a toujours manifesté sa volonté d’appuyer la Grande île dans sa relance économique. « Le partenariat entre les deux pays va reprendre à la normale après la résolution de cette affaire », a-t-il conclu. En attendant, l’Inde a déjà ouvert son marché aux produits provenant de la Grande île en accordant une exonération de taxe pour plus de 400 produits. L’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Manju Seth ne cesse d’encourager les opérateurs nationaux à en tirer profit.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication