Bailleurs de fonds : Un milliard de dollars disponibles dont 341 millions de la Banque mndiale

Haleh Bridi (deuxième à gauche) part avec le sentiment d’une mission bien accomplie. Coralie Gevers  à l’extrême gauche) occupe la place de Country Manager pour Madagascar.
Haleh Bridi (deuxième à gauche) part avec le sentiment d’une mission bien accomplie. Coralie Gevers à l’extrême gauche) occupe la place de Country Manager pour Madagascar.

La Banque mondiale est prête à soutenir les initiatives du Président de la République.

Non. Le bureau Madagascar de la Banque mondiale ne sera pas fermé, et  encore moins ses activités réduites. Contrairement à ce qu’une frange de l’opinion a laissé croire ces derniers temps,   la Banque mondiale restera opérationnelle à Madagascar. Mieux, ce bailleur de fonds est disposé à aider Madagascar dans les actions de relance économique dans les plus brefs délais. « Il y a tout simplement un changement organisationnel pour mieux gérer les coûts au niveau de certains groupes de pays africains » a déclaré hier Haleh Bridi la Country Director de  la Banque Mondiale à Madagascar, lors d’une conférence de presse qu’elle a donnée avant de quitter le pays.

Country Manager. En effet, après trois ans de mission à Madagascar Haleh Bridi va  rejoindre un autre poste toujours au sein  de la Banque mondiale. Le poste de Country Director sera dorénavant occupé par Mark R. Lundell  qui sera en charge de 4 pays africains dont Mozambique, Madagascar, Maurice, Seychelles, et Comores. Ce Directeur régional sera basé à Maputo. Quant au bureau de la Banque mondiale à Madagascar, il sera dirigé par un Country Manager, en la personne de Coralie Gevers. « Il n’y aura pas de changement au niveau opérationnel et il se peut même que l’équipe soit renforcée en cas de besoin » a, d’ailleurs précisé Haleh Bridi.

Signal fort. Une manière de confirmer la disposition de la Banque mondiale à financer  les actions de relance économique, surtout après le retour à l’ordre constitutionnel. Sur ce point, d’ailleurs Haleh Bridi n’a pas manqué de faire remarquer que la rencontre, à Washington, entre le Président Hery Rajaonarimampianina et le Président de la Banque mondiale, Jim Young Kim est le signal fort pour un nouveau départ dans les relations de cette dernière et Madagascar. « Nous voulons aller le plus vite possible car il y a urgence en matière de lutte contre la pauvreté à Madagascar ». Et ce ne sont pas les fonds qui manquent pour cela, puisque d’après toujours Haleh Bridi, il y a déjà de la part des bailleurs de fonds environ un milliard de dollars de fonds disponibles. 341 millions de dollars parmi ces financements proviennent de la Banque mondiale. Ce sont des fonds disponibles en attendant  les nouveaux financements qui seront négociés avec le gouvernement de la IVe République.  Des fonds qui seront utilisés pour un certain nombre d’actions prioritaires relevant de plusieurs secteurs dont les infrastructures, la santé, l’éducation et surtout la lutte contre la pauvreté.

R.Edmond

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication