Secteur minier : GOMDM demande de prioriser les opérateurs malgaches

Dani Gervais Rasolofomanana nouveau président du GOMDM (Groupement des Opérateurs Miniers pour le Développement de Madagascar).
Dani Gervais Rasolofomanana nouveau président du GOMDM (Groupement des Opérateurs Miniers pour le Développement de Madagascar).

Les associations des opérateurs travaillant dans la filière des pierres précieuses se sont regroupées pour protéger leur métier et lutter pour l’intérêt des opérateurs malgaches. Des millions d’acteurs pourraient rallier ce groupement.

Ils sont aujourd’hui plus de 3 800 opérateurs à être membres du GOMDM ou Groupement des opérateurs miniers pour le développement de Madagascar. Ces membres se sont fixé comme but de protéger les activités minières contre l’anarchie et l’exploitation abusive ; de lutter pour l’intérêt des opérateurs malgaches dans ce secteur et de contribuer fortement au développement du pays. « Nous étions dans plusieurs associations différentes auparavant. Mais pour être plus efficaces, nous nous sommes regroupés dans le GOMDM. Le groupement a aujourd’hui plus de 3 800 membres, mais ce chiffre augmente davantage, car il existe des millions d’acteurs qui travaillent dans la filière des mines. Pour être membre, nous exigeons quand même que l’opérateur formalise ses activités. Il doit être un professionnel disposant de patente. Des dossiers sont donc exigés pour éviter que des acteurs de mauvaise foi ou des brigands adhèrent au groupement pour de mauvais objectifs« , a informé Dani Gervais Rasolofomanana, président du GOMDM.
Environnement. Outre l’assainissement de la filière et l’intérêt des opérateurs malgaches, le GOMDM œuvre également pour la protection et la reconstitution des forêts et des autres éléments de l’environnement. A noter que plusieurs opérateurs et investisseurs étrangers souhaitent aujourd’hui se lancer dans les activités d’exploitation minière à Madagascar. Pour le GOMDM, les activités de la filière doivent être réglementées pour éviter l’anarchie et les pertes ou manque à gagner pour le pays. « Les opérateurs malgaches doivent être prioritaires. Actuellement, la plupart de nos membres sont des opérateurs malgaches qui travaillent depuis plus de 10 ans dans le domaine. Nous avons également des techniciens. Notre objectif le plus urgent est aujourd’hui la formalisation des activités des opérateurs malgaches qui travaillent dans la filière des pierres précieuses. Ces activités concernent tout le circuit, depuis l’exploration jusqu’à la commercialisation », a soutenu le représentant du GOMDM. Par ailleurs, le groupement réclame également que les Malgaches doivent être les premiers à avoir accès à une carrière. Bref, pour les membres du groupement des opérateurs miniers, les richesses souterraines de la Grande Ile doivent profiter, en premier, aux Malgaches. Ils tiendront d’ici peu une conférence pour présenter leurs activités, leurs objectifs et leurs stratégies, d’après le président Dani Gervais Rasolofomanana, lors de la cérémonie de présentation des vœux 2014 du GOMDM, qui s’est déroulée le vendredi 28 mars dernier.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication