Trafic de bois de rose : L’AVG interpelle l’administration



Jacaranda
 Des camions sans immatriculation transportent des bois de rose en plein jour. (Photo fournie)
Des camions sans immatriculation transportent des bois de rose en plein jour. (Photo fournie)

Les autorités concernées ne prennent aucune mesure pour stopper l’hémorragie des bois de rose depuis février et mars dernier.

C’est flagrant ! Les trafics de bois de rose s’intensifient depuis février et mars dernier, et ce, au vu et au su de tout le monde, sans que les commanditaires ne soient inquiétés. L’Alliance Voahary Gasy interpelle ainsi l’administration et le grand public. Rappelons que le président de la République, Hery Rajaonarimampianina a annoncé sa volonté de déclarer la guerre contre ce trafic et de faire un coup d’arrêt. « Il suffit ainsi de prendre des mesures simples », crie Andry Andriamanga, le Coordonnateur national de l’AVG. A titre d’illustration, les autorités routières peuvent facilement arrêter les véhicules en circulation, sans immatriculation, transportant des bois de rose. L’Agence Portuaire, Maritime et Fluviale doit entre temps arraisonner les chalutiers et les embarcations illégaux.

Plan d’assainissement. La gendarmerie et la Police Nationale doivent relever de leurs fonctions les autorités routières qui ne prennent pas leur responsabilité tandis que les tribunaux compétents doivent appliquer les sanctions prévues par la loi en vigueur, tout en ordonnant au Parquet de réaliser des enquêtes au fonds. Tout cela est d’ailleurs inscrit dans le plan d’assainissement et de lutte contre les trafics de bois de rose, récemment adoptée en Conseil du gouvernement. Mais ce plan d’assainissement n’a jamais été mis en œuvre en toute transparence, comme il a été prévu. La Banque Mondiale, de son côté, a également constaté que les trafiquants restent impunis. On dirait qu’il n’y pas du tout d’Etat de droit à Madagascar et que le gouvernement actuel ne serait plus en fonction.

Navalona R.

Share This Post