Valorisation des produits agricoles : Deux entreprises se lancent dans la transformation de haricot



Jacaranda
Ce sont des produits culinaires à base de haricot.
Ce sont des produits culinaires à base de haricot.

Des Plates-formes Régionales de la Filière Haricot sont mises en place afin de réorganiser cette filière porteuse.

En l’espace de deux ans, Madagascar a pu réorganiser la filière haricot qui s’annonce très porteuse grâce à son adhésion à l’Alliance Panafricaine pour la recherche sur le haricot ou PABRA via le réseau de recherche ECABREN. Le pays y est représenté par le centre national de recherche appliquée au développement rural ou FOFIFA. En effet, le haricot est très prisé sur le marché international. Mais la FOFIFA a travaillé en partenariat avec l’Office National de Nutrition (ONN) et les ministères de la Santé  et de l’Education nationale pour la valorisation des produits agricoles. « Ce partenariat s’étend vers le secteur privé car deux entreprises se lancent actuellement dans la transformation du haricot », a annoncé Raobelina Holy Malala, responsable de Recherche & Développement au sein de l’ONN lors d’une entrevue avec la presse hier.

« FOFIFA Vangamena ». Notons que le PABRA soutient les pays membres dont Madagascar dans l’amélioration de la sécurité alimentaire par la recherche de variétés améliorées de haricot. Le FOFIFA a contribué à l’amélioration de la nutrition par la promotion de la consommation de variétés de haricot à haute valeur nutritive notamment la variété « FOFIFA Vangamena » ou CAL 98. Cette variété répond aux déficits nutritionnels et sanitaires des populations rurales et des enfants en bas âge ou scolarisés puisque le haricot est un aliment riche en éléments nutritifs, principalement en protéines, en fer et en zinc. « Nous avons ensuite développé de nouvelle formule de farine fortifiée de haricot via une recherche en collaboration avec la société privée PROFIT (Producteurs de Farine Infantile de Tanà) et le Service de Laboratoire de Nutrition du ministère de la Santé. Les ministères de l’Education Nationale et de la Santé ainsi que le FOFIFA, l’ONN et PROFIT ont procédé à un test d’évaluation de performance de 175 élèves d’un Etablissement scolaire public en consommant de la farine fortifiée de haricot pendant 5 mois. Cette action entre dans le cadre du programme de nutrition scolaire du ministère de tutelle », a-t-elle expliqué. Les résultats ont été probants étant donné que les poids de ces élèves ont augmenté et leur niveau intellectuel a développé. «Les résultats de leurs examens se sont par la suite améliorés. Ce produit fini mis à la disposition des élèves est déjà certifié comestible par le Service de Contrôle du ministère de la Santé  », a-t-elle rajouté.

Démonstration culinaire. Mais ce n’est pas tout ! Le deuxième opérateur qui se met dans la transformation du haricot est la société SOCOBIS. « Nous travaillons en partenariat en vue de produire des biscuits à base de farine de haricot. Les essais ont été également concluants. Néanmoins, nous continuons toujours à améliorer nos recherches en la matière », a fait savoir Raobelina Holy Malala. Par ailleurs, l’ONN effectue des formations sur la démonstration culinaire à base de haricot dans sept régions puisqu’il y a de nombreuses recettes à base de haricot. On peut citer entre autres, les cakes et les cookies à base de farine de haricot, la salade de riz aux haricots, les entrées à base de purée de haricot mélangée avec de la viande de poisson. Des Plates-formes régionales de la filière Haricot ont été entre temps mises en place dans le but de réorganiser la filière en amont jusqu’en aval. « Ce qui permet ensuite de bien maîtriser les coûts de production pour les entreprises qui se mettent dans la transformation de ce produit exportable », a-t-elle conclu.

Navalona R.

Share This Post