PLOF : « Un outil pour éviter les conflits fonciers », selon le ministre d’Etat, Rivo Rakotovao

Le ministre d’Etat Rivo Rakotovao a fait savoir que le PLOF est un levier de développement économique de Madagascar.
Le ministre d’Etat Rivo Rakotovao a fait savoir que le PLOF est un levier de développement économique de Madagascar.

Un atelier de validation de l’amélioration de la méthodologie de la qualité de cet outil a été organisé par le Programme National Foncier en partenariat avec le PGDI.

« Le foncier doit être un levier de développement de l’économie de Madagascar. Pour sécuriser les investissements des particuliers ou bien des sociétés, il faut une politique foncière claire et transparente. Pour ce faire, le PLOF (Plan d’Occupation Locale Foncière) constitue un instrument pour sécuriser ces investissements ». C’est ce qu’a expliqué le ministre d’Etat chargé des Infrastructures, de l’Equipement et de l’Aménagement du Territoire, Rivo Rakotovao lors de l’ouverture de l’atelier de validation d’une nouvelle méthodologie de la qualité du PLOF organisé par le Programme National Foncier et le PGDI mercredi dernier au DLC à Anosy. Le PLOF sert de repérage géométrique utilisé par les géomètres et agents du guichet foncier lors de la levée de terrain ou de la reconnaissance locale. L’amélioration de cet outil permet d’éviter les éventuels empiétements de titres et de certificats fonciers sur un même terrain. Il sert également d’outil pour identifier les différents statuts de terrain et pour attirer les investisseurs à s’implanter dans les zones encore exploitables. « C’est également un outil pour éviter les conflits fonciers », a évoqué le ministre d’Etat.

Mise à grande échelle. « Les partenaires techniques et financiers sont là pour nous épauler à améliorer la méthodologie de la qualité du PLOF qui est validée par la direction des services Topographiques », a-t-il rajouté. Notons que cet outil amélioré a été déployé dans quatre circonscriptions topographiques, à savoir, Antsirabe, Ambatolampy, Mahajanga et Fénérive-Est. Une mise à grande échelle de ces actions pilotes a été ensuite proposée dans le cadre de cet atelier. Parlant de conflit de terrain à Ankadimbahoaka, le ministre d’Etat, Rivo Rakotovao, a tenu à préciser que la décision de démolir les maisons des occupants est du ressort du Tribunal et non pas du ministère ou de la commune. « Cette décision a été prononcée en novembre 2013. Le propriétaire du titre, le Filatex, a acheté ce terrain, en 1992 auprès des particuliers. Nous sommes un Etat de droit. Selon la loi, le détenteur de titre est le propriétaire légal du terrain. J’incite ainsi les gens à ne faire aucune construction sur un terrain qui n’est pas titré à leur nom. Toutefois, le ministère a déjà effectué des pourparlers auprès du vrai propriétaire du terrain à Ankadimbahoaka de mettre en place des mesures d’accompagnement pour ces occupants illicites par respect de la vie en société », a-t-il conclu.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication