Union Européenne : « Des efforts à faire pour Madagascar » selon le commissaire européen, Andris Piebalgs

Jacaranda
Le commissaire européen en charge du Développement, Andris Piebalgs est confiant du développement de Madagascar. (Photo : Nary Ravonjy)
Le commissaire européen en charge du Développement, Andris Piebalgs est confiant du développement de Madagascar. (Photo : Nary Ravonjy)

« Aucun décaissement du financement de l’Union européenne n’aura lieu quand l’une ou l’autre partie ne respecte pas son engagement. Nous allons travailler avec le gouvernement. Notre engagement ne change pas ». Le commissaire européen en charge du Développement, Andris Piebalgs, l’a évoqué lors d’une conférence de presse hier. Par contre, « il y a des efforts à faire pour Madagascar. Je souhaite entre autres que le pays avance très vite dans la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption », a-t-il soulevé. La répartition équitable des richesses et l’indépendance de la justice s’avèrent également une priorité. « Il est important que la croissance soit partagée entre toute la population sinon cela augmente les crimes dans un pays », a-t-il rajouté.

Relever les défis. Le commissaire européen a également précisé que la bonne gouvernance est impossible sans le dialogue entre tous les acteurs. La société civile a un rôle incontournable, pour ce faire. L’Union européenne appuie la société civile malgache via le programme « Dinika ». Quant à la revue à la hausse du financement du 11e FED d’une valeur de 455 millions d’Euros, « il appartient aux pays membres de l’Union européenne et aux parlements européens d’en décider », a expliqué Andris Piebalgs. Interrogé sur le taux de croissance de 7 % fixé par le gouvernement, le commissaire européen en charge du Développement a exprimé que c’est un objectif ambitieux. « Cette année, c’est difficile, mais je pense qu’on peut l’atteindre en 2015. En effet, je constate à l’issue de ma visite et mes rencontres avec le gouvernement, les membres de la société civile et les acteurs politiques qu’ils sont tous prêts à relever les défis pour relancer le développement de Madagascar », a-t-il enchaîné. Notons qu’il y a également d’autres instruments financiers servant à appuyer la Grande Ile à part cette enveloppe initiale du 11e FED.

Navalona R.

Share This Post