Infrastructures : Inauguration à Ambatomirahavavy

75 millions d’Ariary ont été alloués à la construction du bureau de la brigade de la Gendarmerie dans le District d’Arivonimamo, selon le ministère des Infrastructues, de l’Equipement et de l’Aménagement du Territoire, qui a financé les travaux. En effet, cette brigade prend en charge les Communes Ambatomirahavavy et Antampolo. A noter que depuis l’année 2001, Ambatomirahavavy a disposé de Poste avancé, mais avec la croissance démographique, l’amélioration de la structure et des infrastructures pour la Gendarmerie sont devenues indispensables, surtout que cette zone est le portail séparant les régions Analamanga et Itasy. « Avec le grand nombre des personnes qui circulent dans la zone, il est juste que le poste avancé devienne une brigade pour être plus efficace face à la situation », a annoncé le Colonel Rakotomahanina Florens, commandement de groupement de la Gendarmerie d’Antananarivo. De son côté, le Général Ralison Nirina, représentant du Secrétariat d’Etat en charge de la Gendaremerie nationale a noté que la construction d’infrastructures pour une proximité avec la population afin de lutter contre l’insécurité, figurent parmi les priorités.

Efficace. Avec les moyens limités, le choix des projets d’infrastructures se base surtout sur les impacts au niveau de la population. En ce qui concerne le château d’eau, plus de 450 habitants sont bénéficiaires de cette infrastructure d’une valeur de 100 millions d’Ariary. Outre la lutte contre l’insécurité, l’accès à l’eau potable figure également parmi les priorités de l’Etat. « Ces infrastructures ont nécessité beaucoup d’argent. La moindre des choses est que l’on les respecte, pour une pérennité », a noté Luc Rakotonirina, représentant du ministre Rakotovao Rivo, dans son discours. Dans la Commune d’Ambatomirahavavy, 14 « Fokontany » sur les 15 existants disposent désormais d’infrastructures pour l’accès à l’eau potable. Malheureusement, le débit de l’eau reste insuffisant pour la population. Raison pour laquelle, les châteaux d’eau sont utiles. D’après les informations fournies, un projet de construction d’un autre château d’eau pour la résolution de ce problème est déjà en cours, en partenariat avec le FIKRIFAMA, l’ONG PROTORS et la JIRAMA.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication