Accès à l’eau potable : Un défi de taille pour l’atteinte des OMD


Bmoi

Le programme AREA se distingue par la responsabilité des usagers locaux de l’eau.
Le programme AREA se distingue par la responsabilité des usagers locaux de l’eau.

Un défi de taille. La question de l’accès à l’eau potable et l’accès à l’assainissement amélioré l’est pour Madagascar.

Raison pour laquelle, le Madagascar Action Plan (MAP) le dernier véritable programme économique pour le pays avait fixé dans sa stratégie un ambitieux objectif d’atteindre pour l’horizon 2015 un taux d’accès à l’eau potable de 65 % et un taux d’accès à un assainissement amélioré de 57,5 % pour l’ensemble du pays.

Précaire. Mais pour le moment, la situation reste précaire car selon les statistiques 2010, Madagascar est encore à un taux d’accès à l’eau potable de 44,9 %. Le taux d’accès à un assainissement amélioré quant à lui est seulement de 15 % pour l’ensemble du pays. Ce qui place Madagascar parmi les pays les plus en retard au sein de l’Afrique Subsaharienne, dont la moyenne se situait déjà à 60 %. en 2008. Du coup, les bailleurs de fonds affichent une volonté réelle de financer les programmes d’amélioration de l’accès à l’eau et à l’assainissement. A l’instar de l’Union Européenne qui a octroyé 9 410 000 euros pour le financement du programme AREA ou Accès Rural à l’Eau et à l’Assainissement de Madagascar, Un programme sui se subdivise en 5 projets et qui se distingue surtout par le fait qu’ils sont réalisés en collaboration avec des ONG et surtout par l’intégration de la population cible.

Disparités nationales. Il y a tout d’abord le projet Eau potable et assainissement avec les autorités locales (EPAAL), une action financée sur l’initiative dans le secteur de l’Eau et de l’Assainissement et vise en priorité à réduire le retard important dans l’accès à l’eau et l’assainissement, notamment les fortes disparités nationales en termes d’accès. Un programme qui concerne 12 communes dans les 6 régions d’Analamanga, de l’Itasy, d’Alaotra Mangoro, de Bongolava, et d’Amoron’i Mania. Financé par l’Union Européenne à hauteur de 2 700 000 euros, ce projet qui durera 36 mois, a pour objectifs principaux d’assurer l’accès durable à l’eau potable et à l’assainissement des populations cibles constituées de 240 000 habitants. Le taux de couverture en eau potable de ces populations est très faible puisqu’il varie de 0 % à 41 %. Et ce , en raison de l’insuffisance et du mauvais état des infrastructures d’approvisionnement en eau potable. L’insuffisance de l’accès à l’eau pénalise en tout ca, l’économie de ces communes caractérisées notamment par la faible productivité du secteur agricole, la prévalence des maladies liées à l’eau, la fragilisation du capital financier des ménages, et les corvées d’eau qui constituent des problématiques résultant de la faiblesse de l’accès à l’eau potable des ruraux

11 régions. A terme, le projet aboutira à la mise en place des infrastructures d’approvisionnement en eau et assainissement, qui fonctionnent à la satisfaction des usagers. Les acteurs privés locaux (ONG et entreprises) interviennent de façon performante dans l’intermédiation sociale, dans l’appui au changement de comportements, dans la construction, la maintenance et la gestion des infrastructures. Les premières réalisations dans le Fokontany d’Analabe, Commune de Mangamila dont la population dispose maintenant de 3 bornes-fontaines aux normes sont exemplaires de l’efficacité de ce projet qui est réalisé par l’association chrétienne FIKRIFAMA qui travaille dans le secteur eau depuis 30 ans. Quatre autres projets du programme AREA sont également en cours. Il s’agit en l’occurrence du projet Amélioration de l’accès à l’eau potable et de l’assainissement dans les régions d’Analanjirofo et d’Atsimo-Atsinanana (1 015 000 euros) ; du projet Rano Tsara II qui intervient dans 10 communes dans la Région d’Analanjirofo. (2 500 000 €) ; du projet Méddea II qui concerne 15 communes dans 5 Régions (Atsinanana, Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra et Vatovavy Fitovinany), pour un financement de 3 700 000 euros ; et enfin du projet Accès et Gouvernance de l’Eau et Assainissement dans le district Antanifotsy (AGEAA) qui intervient dans3 communes dans la Région du Vakinankaratra pour un financement de 1 165 000 euros. En tout, le programme AREA concerne 11 communes, à savoir : Analamanga, Itasy, Alaotra Mangoro, Bongolava, Amoron’i Mania, Analanjirofo, Atsimo Atsinanana, Atsinanana, Vakinankaratra, Haute Matsiatra et Vatovavy Fitovinany.

R.Edmond

Share This Post