Invasion acridienne : Le cercle vicieux de la pauvreté pour les victimes


Sans récolte, les familles victimes de l’invasion acridienne sont obligées de changer d’activités. Nombreux sont les enfants qui sont obligés d’arrêter l’école, à cause de cette situation. « Déjà nous n’avons qu’un petit lopin de terre pour nos activités agricoles ; les criquets après leur passage ne nous laissent rien comme récolte. Nous sommes obligés de faire des petits boulots …», ont évoqué des femmes du Fokontany d’Antsokay, district de Sakaraha, dans des témoignages recueillis par la FAO. Bref, avec ces changements forcés d’activités, ces familles victimes gagnent de moins en moins. La malnutrition est la principale raison citée pour les enfants qui ne peuvent plus aller à l’école. Cependant, la FAO et ses partenaires ont mis en œuvre un programme de distribution de semence, grâce à un financement de 1,2 million USD, pour aider les victimes des invasions acridiennes à relancer leurs activités agricoles. Les régions Androy, Sud-est, Sud-ouest et Vatovavy Fitovinany, fortement affectées par le cyclone Haruna en 2013 suivi par l’invasion acridienne sont les bénéficiaires du projet.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication