Environnement des affaires : En dégradation continuelle, malgré la fin de la crise

Jacaranda
Le pouvoir d’achat des consommateurs a encore baissé cette année, selon les opérateurs économiques.
Le pouvoir d’achat des consommateurs a encore baissé cette année, selon les opérateurs économiques.

L’environnement des affaires à Madagascar pour l’année 2014 est pire que celui de 2013. Les opérateurs économiques parlent d’une baisse de la consommation engendrée par un affaiblissement du pouvoir d’achat. Les données recueillies par l’INSTAT confirment ce recul économique. 

Les opérateurs s’attendaient à une relance rapide de l’économie malgache, suite à la sortie de crise. Certains ont même anticipé cette reprise, mais à leur grande déception, les indicateurs annoncent un recul, jusqu’ici. D’après les données recueillies par l’Institut national de la statistique (INSTAT), l’évolution de la création d’établissement formel dans la Grande Ile est marquée par une baisse de 11,8 % au premier semestre de cette année, par rapport à la même période de l’année dernière. En effet, seulement 10 356 établissements formels ont été nouvellement créés entre janvier et juin 2014, contre un effectif de 11 741 établissements pour la même période en 2013. Cette réticence des investisseurs est confirmée dans tous les secteurs d’activité, mais le secteur primaire et le secteur industriel sont les plus touchés à cause de ce manque de débouchés évoqué par les opérateurs.

Craintes. Dans le secteur primaire, 48 établissements formels ont été créés durant le premier semestre de cette année, contre 215 durant les six premiers mois de 2013, soit une chute vertigineuse de 77,7 %. Le secteur secondaire a connu la même tendance avec une baisse de 55,6 %, contre une diminution de 8,5 % pour le secteur tertiaire. En effet, comme il a toujours été évoqué, le secteur tertiaire sert de refuge pour les agents économiques. Le petit commerce reste le dernier recours pour ceux qui ne savent où investir, où travailler. A noter que les investisseurs les plus importants sont les plus réticents face à l’environnement actuel des affaires. Seulement 13 sociétés anonymes ont été créées au premier semestre de cette année, contre 68 en 2013 sur la même période, soit une forte diminution de 80,9 %. Toutes les créations d’entreprises d’autres formes juridiques ont également diminué en nombre. Si la baisse des engagements a atteint -11,8 % sur le territoire malgache, le recul est beaucoup plus important à Antananarivo, avec une baisse de 30,9 % sur l’effectif d’établissements formels nouvellement créés.

Antsa R.

Share This Post