MID : L’ariary retrouve une certaine stabilité

Jacaranda
La vanille est un des produits qui font rentrer des devises.
La vanille est un des produits qui font rentrer des devises.

La parité de l’ariary par rapport aux devises étrangères obéit à la loi de l’offre et de la demande.

Depuis une semaine l’ariary retrouve une certaine stabilité sur le marché interbancaire des devises. Mais les cours des deux principales monnaies de référence que sont l’euro et le dollar affichent encore et toujours un niveau inquiétant surtout pour les importateurs. La barre fatidique des 3 300 ariary pour 1 euro é été atteinte au début de ce mois d’août. Alors que le dollar était à 2 463 ariary à la même date. Heureusement que la tendance haussière a été stoppée depuis puisque pour le reste de mois d’août l’euro est de nouveau en dessous des 3 300 ariary. Mieux, depuis une semaine, la monnaie nationale semble avoir retrouvé sa stabilité et grignote même quelques points. En effet, de 3 288,50 ariary lundi, la monnaie européenne a affiché un taux de 3 275,32 ariary hier, soit 13 points gagnés en 5 jours pour l’ariary qui est encore loin d’être compétitif.

Visibilité. En tout cas, faute de mieux, les cambistes misent sur ce petit retour à la stabilité de l’ariary dans les semaines qui viennent. Ce qui permet bien évidemment aux opérateurs économiques opérant sur le marché extérieur d’avoir un peu plus de visibilité dans la gestion de leurs affaires. Même si c’est encore loin d’être une situation idéale pour elles, les entreprises dépendant des importations se réjouissent un peu de ce retour à la stabilité de l’ariary. Par ailleurs, l’importation pétrolière qui est jusqu’à présent le secteur le plus consommateur de devises va se faire dans de meilleures conditions. Du coup, et comme les cours du baril sur le marché international affiche également une tendance à la baisse, le pays n’a pas encore à craindre une éventuelle hausse des prix à la pompe. En somme, la stabilité doit également être de mise en ce qui concerne les prix des carburants sur le marché local.

Exportations. Dans tous les cas, la loi de l’offre et de la demande semble s’appliquer parfaitement sur le marché interbancaire de devises. Et on s’attend à mieux dans les mois qui viennent avec notamment la perspective de rentrée de devises émanant du secteur minier et des exportations des produits traditionnels d’exportation comme la vanille et le litchi. Sur ce point, justement la Politique Générale de l’Etat (PGE) mise entre autres sur le développement des exportations pour booster l’économie. Une politique qui trouve une parfaite application dans le secteur minier, avec notamment la grande performance des exportations de nickel et de cobalt d’Ambatovy sur laquelle l’Etat mise pour ramener la balance commerciale de Madagascar, proche de l’équilibre.

Share This Post