Virus Ebola : Un navire suspect interdit d’escale au Port de Toamasina

Selon sa dernière position satellite le Baltic Mercure faisait route sur Monrovia.
Selon sa dernière position satellite le Baltic Mercure faisait route sur Monrovia.

La Société du Port à Gestion Autonome de Toamasina a pris toutes les mesures nécessaires afin d’éviter une éventuelle entrée du virus Ebola par voie maritime.

Les bruits ont couru hier, notamment sur le net, sur l’entrée au port de Toamasina d’un navire en provenance du Libéria. Joint, par téléphone, le Directeur Général de la Société du Port à gestion Autonome de Toamasina (SPAT), Christian Avellin Eddy a tenu à rassurer l’opinion en indiquant que le port de Toamasina est interdit à tous navires en provenance des pays contaminés par le virus Ebola. Effectivement les services du port ont reçu une demande émanant d’un navire qui serait passé par le Libéria et qui voulait faire escale à Toamasina. « Nous opposons un refus catégorique à ce genre de demande » a expliqué le D.G du port qui a précisé que toutes les parties prenantes de l’exploitation du port ont déjà reçu des instructions afin justement d’éviter que des bateaux provenant des pays concernés par le virus Ebola ne débarquent dans les ports malgaches. « Nous sommes très vigilants sur cette question » selon toujours le D.G du Port.

Bref, à moins d’une tentative d’entrée clandestine de bateaux mal intentionnés, il n’y a aucune raison de craindre l’entrée du virus Ebola par voie maritime. Ce d’autant plus que les navires qui voyagent sur toutes les mers du monde sont traçables par voie satellitaire. Concernant justement ce navire dont on parle sur le net, il s’appelle Baltic Mercur sa dernière position reçue date du 11 août et il faisait route vers Monrovia. Actuellement aucune indication par satellite ne permet de dire qu’il fait effectivement route vers le port de Toamasina. De toute façon, compte tenu des dispositions prises par la SPAT, ce navire qui est un porte-conteneur ne pourra pas faire escale à Toamasina.

R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication