Sortie de l’annexe B : Bruxelles dénonce une ambigüité au niveau des autorités malgaches

Jacaranda
: Dans leur ensemble, les autorités compétentes sont déterminées à mener jusqu’au bout le processus de sortie d’Air Madagascar de l’annexe B
: Dans leur ensemble, les autorités compétentes sont déterminées à mener jusqu’au bout le processus de sortie d’Air Madagascar de l’annexe B

Sur le plan purement technique le dossier de la sortie de Madagascar de l’annexe B de l’Union Européenne évolue positivement, mais des anomalies au niveau des autorités compétentes pourraient compromettre les efforts entrepris.

Confiant. Haja Raelison l’actuel Directeur Général d’Air Madagascar l’est, quant à la possibilité pour la compagnie aérienne nationale de sortir de l’annexe B de l’Union Européenne en 2015. Il l’a encore réitéré lors d’un entretien qu’il a eu la semaine dernière avec la presse. « Des efforts sont actuellement entrepris et le gouvernement appuie Air Madagascar dans le processus de sortie de l’annexe B » a-t-il notamment déclaré.

L’on note, par ailleurs une franche collaboration entre les autorités malgache représentées par l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) et la Direction de la Mobilité à Bruxelles, ainsi que l’EASA (Agence Européenne de la Sécurité Aérienne) la DGAC, la Direction Générale de l’Aviation Civile française.

Feuille de route. Bref, une nette avancée a été constatée notamment depuis 2011 où le dossier malgache a commencé à être traité à Bruxelles. La dernière réunion en date a eu lieu en mars 2014 où une feuille de route a été élaborée par la partie malgache et européenne. Un dossier dans lequel, la partie malgache a établi un planning de redressement des défaillances relevées dans le domaine sécuritaire. En tout cas, du côté d’Air Madagascar notamment, les corrections apportées ont engendré une nette amélioration de la situation. Tandis que l’ACM a commencé à réaliser des actions tendant à mettre les réglementations locales en vigueur en conformité avec les normes internationales. Les audits réalisés par la partie européenne ont conclu que les mesures correctives entreprises et ont apporté les effets positifs escomptés.

Double casquette. Mais un problème majeur indépendant des techniciens semble actuellement contrecarrer ces efforts. L’on apprend, en effet auprès d’un membre du Comité Sécuritaire de l’Union Européenne, responsable du suivi du dossier Air Madagascar que des anomalies sont constatées en ce qui concerne les autorités en charge du dossier. L’on dénonce la double casquette de James Andriamialisoa, l’actuel D.G de l’ACM qui, lors de certaines réunions, a également représenté la compagnie aérienne nationale Air Madagascar. Une interférence qui n’est pas du tout apprécié par le comité sécuritaire européen qui y voit, une absence de neutralité de l’ACM par rapport à Air Madagascar. D’ailleurs compte tenu de cette ambigüité que la partie malgache doit absolument lever, Bruxelles semble vouloir mettre le dossier en suspens. Par ailleurs, James Andriamialisoa qui a déjà été haut dirigeant d’Air Madagascar continue de tirer indirectement profit de la compagnie. Et ce, à travers son entreprise Aero Safety & Environment consulting, qui a décroché un contrat mirobolant avec Air Madagascar.

R.Edmond

Share This Post