Bois de rose : Un convoyeur métis chinois identifié par des investigateurs

Les bois de rose embarqués et sortis illicitement de Madagascar se mettent plusieurs jours en mer, par bateau, avant d’arriver dans un port de « blanchiment » comme en Tanzanie par exemple. Un réseau mafieux à Madagascar confectionne tout un « faux dossier complet » correspondant à la quantité de bois embarqués avec toutes les fausses autorisations des institutions habilitées, d’après les explications des investigateurs. En effet, un convoyeur qui voyage souvent vers les ports de transit a attiré les investigateurs de la société civile malgache. « Il s’agit d’un jeune opérateur métis chinois de Maroantsetra d’environ trente-cinq ans qui convoie des bois de rose. Celui-ci réside dans la Capitale, et l’ostentation de richesses rapidement acquises, dont il se vante a attiré l’attention de nos informateurs. Ce convoyeur a élu domicile à Ambohimanarina où il a acheté deux grandes maisons proches l’une de l’autre. Ce jeune métis qui porte un nom malgache serait aussi bien connu à Maroantsetra comme étant un trafiquant notoire de bois de rose. Il semble maintenant que ce jeune trafiquant joue aussi un autre rôle, et blanchirait l’argent du bois de rose avec ses amis opérateurs dans des secteurs porteurs comme les constructions (BTP). Ces connections de blanchiment d’argent sale sont l’objet d’investigations et ont amené les enquêteurs à découvrir que les parkings de grands centres commerciaux de Tana sont des lieux privilégiés pour que plusieurs cartons d’argent changent de mains au vu et au su de tous », ont-ils indiqué. Les investigateurs envisagent de saisir le Bianco et le SAMIFIN avec les dossiers consistants pour endiguer ce fléau qui continue à ternir l’image de Madagascar. Affaire à suivre.

Recueilli par Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication