Jirama Toamasina : Limitation de l’utilisation des matériels énergétivores

La Jirama Toamasina ne dispose pas encore d’une puissance suffisante pour mettre définitivement un terme au délestage.
La Jirama Toamasina ne dispose pas encore d’une puissance suffisante pour mettre définitivement un terme au délestage.

Un léger mieux s’est fait sentir à Toamasina depuis l’installation des 6 groupes électrogènes fournis grâce à un partenariat avec Ambatovy.

Le délestage est toujours une réalité à Toamasina. Mais la situation a actuellement tendance à s’améliorer dans le domaine de la fourniture d’énergie électrique dans la capitale du Betsimisaraka, théâtre, ces derniers temps, de violentes manifestations anti-délestage.  Certains quartiers subissent encore les affres des longues coupures, mais globalement la situation est meilleure qu’avant. Au fait, les six groupes, nouvellement installés, ont complété l’unique groupe sur les quatre encore en état de marche pour le compte de la JIRAMA à Tamatave IV. La puissance nécessaire est encore insuffisante malgré le recours aux approvisionnements de la société ENELEC et de la station hydraulique sise à Volobe.

Restriction. Et pour gérer convenablement la puissance disponible, la direction interrégionale de la Jirama à Toamasina a pris un certain nombre de mesures. Ainsi, un appel a été lancé à l’endroit des  utilisateurs des matériels grands consommateurs de courant électrique comme les machines à  bois et les postes à soudure  de ne pas les utiliser aux heures de pointe, à savoir, entre  17 et 21 heures. En somme les matériels énergétivores doivent être utilisés d’une manière limitée. Le but d’une telle restriction étant de préserver les acquis actuels. Et ce, en attendant l’hypothétique fin définitive du délestage. Sur ce point d’ailleurs, la Jirama reconnaît que le délestage ne sera éradiqué que vers la fin du premier trimestre de la nouvelle année. Les groupes électrogènes, qui seront achetés sur le financement du fonds d’investissement sociale de la société minière Ambatovy, vont mettre fin au délestage au grand port.

Porte-parole. Mais en attendant, une partie des Tamataviens ont réclamé le report des paiements de la facture JIRAMA après le rétablissement complêt de la fourniture d’électricité. En outre, certains ont demandé à l’Etat de subventionner les panneaux solaires pour en faciliter l’acquisition par un plus grand nombre de foyers. Ces idées ont été évoquées lors de la rencontre entre la population locale et le ministre des Travaux Publics, Roland Ratsiraka, à l’Hôtel de ville de Toamasina. L’ancien député de Toamasina I s’est fait porte-parole des citadins au niveau du gouvernement Kolo Roger. Les participants ont même réclamé plus de communication émanant de la JIRAMA Toamasina. Un calendrier du délestage tournant est même réclamé même si c’est un risque de recrudescence de l’insécurité dans les quartiers tombés dans le noir. En tout cas, le ministre coach de Toamasina ville a demandé à la population de ne pas procéder aux actes de vandalisme qui ne font qu’aggraver la situation. Apparemment, l’intervention de Roland Ratsiraka a quelque peu apaisé la situation à Toamasina ville.

Jean – Claude STEVE

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication