Crash pétrolier : Vers un bouleversement des économies

La chute du prix du baril de pétrole s’est transformée en un véritable crash. Ce produit était pourtant parmi les plus stables sur le marché boursier pendant plus de 50 ans, où la courbe d’évolution de son cours mondial ressemblait à un long fleuve tranquille. Mais depuis la pénurie de production qui s’est produite en 2007, le prix du baril de pétrole n’a cessé de fluctuer, passant de 147USD en juin 2008 à 35USD durant la crise financière, pour remonter à un pic de 127USD au premier semestre 2014 et effectuant une chute libre aujourd’hui jusqu’aux alentours de 47USD. Pour les pays producteurs et la plupart des acteurs du marché boursier, il s’agit d’une véritable catastrophe à graves conséquences. Mais pour les économies comme Madagascar qui souffre toujours de problème d’énergie, ce crash ne peut que contribuer considérablement à la relance de l’économie. Si le prix de pétrole sera maintenu à ce faible niveau, il sera même déterminant pour la performance économique de la Grande Ile, pour cette année. Pour les pays comme les Etats-Unis, la situation est tout à fait le contraire. En effet, cette fluctuation devenue un incontrôlable yoyo est due à des décisions hâtives de la première puissance mondiale, qui a voulu contrecarrer la hausse de prix du pétrole par des émissions de billets. Ce qui lui a coûté une hausse de la dette américaine jusqu’à 18 000 milliards USD. Grâce à des subventions financées par ces dollars, la production de pétrole a été améliorée, mais par ironie du sort, les ont contribué leur propre perte en causant ce crash. Bref, la situation reste incontrôlable, telle une voiture qui vire à gauche et à droite, hors du contrôle de son conducteur. Pour l’instant, la situation ne peut être que bénéfique pour Madagascar, qui commence par contre à se lancer dans la production de produits pétroliers.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication