PND : 57 % du financement sont alloués aux secteurs porteurs et stratégiques

MFBL’objectif de la mise en œuvre de ce programme quinquennal est de parvenir à une croissance économique soutenue et partagée.

Plus de 35 000 milliards d’Ariary. Tel est le coût total estimé pour financer la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND) étalée sur une période de cinq ans, soit entre 2015 et 2019. Dans cette enveloppe, 57 % du montant total, soit plus de 20 000 milliards d’Ariary, sont alloués aux secteurs porteurs et stratégiques inscrits dans le 3e axe stratégique de ce cadre de référence pour le développement de Madagascar. Il s’agit notamment de la croissance inclusive et d’un ancrage territorial du développement.

Espace de croissance. Dans le cadre de ce PND, l’amélioration de l’environnement des affaires, l’attrait des investissements directs étrangers et l’appui au développement du secteur privé s’avèrent prioritaires en ciblant des secteurs dits stratégiques et porteurs. On peut citer, entre autres, le tourisme, l’agriculture, la pêche, les industries extractives, le BTP, les transports ainsi que les infrastructures. Notons que des programmes de construction de grandes infrastructures sont prévus dans la mise en œuvre du Plan National de Développement du pays. Ce qui explique également cette part importante du financement à hauteur de 57 % du montant total, comme ce qui a été évoqué ci-dessus, pour cet axe stratégique. En outre, il a été mentionné que le peuple malagasy doit saisir des opportunités qui émergent dans la mise en œuvre du PND, étant donné que douze espaces de croissance sont, entre autres, à créer. A titre d’illustration, l’espace de croissance à Taolagnaro est lié à l’exploitation d’ilménite et à la réalisation du grand port d’Ehoala, tandis que celui d’Antsirabe porte sur l’agro-industrie. A Nosy-Be, la vocation touristique est importante et le pôle de Toamasina pour se part est lié à sa fonction portuaire et au développement des échanges commerciaux dans l’économie nationale. Par contre, le pôle de Fianarantsoa vise à valoriser son capital humain et les produits de son terroir si l’espace de croissance métropolitain, l’agglomération d’Antananarivo, constitue le pôle économique majeur générant près de 30 % du PIB.

Implication de tous. En principe, le pilotage de la mise en œuvre du Plan National de Développement ainsi que son suivi-évaluation doivent émaner du ministère de l’Economie et de la Planification. Le plan de mise en œuvre de ce programme quinquennal sera finalisé d’ici quelques mois. Par contre, l’implication effective de tous les acteurs de développement tels que les producteurs, les autorités compétentes à tous les niveaux, les différents ministères, les partenaires techniques et financiers ainsi que la société civile et le secteur privé, contribue à l’atteinte des objectifs fixés dans le PND. Le taux de croissance estimé pour cette année est de l’ordre de 5 % et l’inflation serait soutenue à un niveau inférieur à 8 %, grâce à une gestion rigoureuse de la liquidité, la réduction du déficit et l’augmentation de l’offre. L’objectif final est de parvenir à une croissance économique soutenue et partagée, permettant à la société malagasy d’être résiliente aux chocs additionnels de par l’utilisation des différents types de capital naturel, humain, productif, d’une manière inclusive, intégrée et durable.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication