Partenariat : 9,5 millions de dollars du projet PIC pour la relance du tourisme


Jacaranda
Signature hier d’une convention  de partenariat pour le développement du tourisme.
Signature hier d’une convention de partenariat pour le développement du tourisme.

Malgré les crises qui frappent le tourisme, le ministère du Tourisme, des Transports et de la Météorologie et ses partenaires ne baissent pas les bras  pour relancer le secteur.

L’objectif des 300 000 touristes, cette année, sera-t-il atteint ? Ulrich Andriantiana, le ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie préfère jouer la prudence, en annonçant que le pari s’avère difficile, compte tenu des crises qui ont frappé le secteur. Mais le ministre n’en demeure pas moins confiant en ce qui concerne l’avenir du tourisme. « Le ministère n’a jamais cessé de prendre les différentes mesures pour la relance du tourisme » a-t-il lancé, hier en marge de la signature d’une convention entre le ministère, le projet Pôle Intégré de Croissance et la Fédération des Hôteliers et Restaurateurs de Madagascar (FHORM). Ulrich Andriantiana d’ajouter que la relance du tourisme est l’affaire de tous, en citant, entre autres les responsables de la sécurité et ceux des transports aériens.

Aubaine. Et les partenaires techniques et financiers, bien évidemment. C’est justement le cas du projet PIC qui s’est associé avec le ministère pour mettre à la disposition du secteur tourisme un financement total de 9,5 millions de dollars. 6 millions USD sont destinés au tourisme à travers la Fédération des Hôteliers et Restaurateurs de Madagascar, et 3,5 millions USD aux transports aériens. Une aubaine, en tout cas, pour le secteur tourisme qui a jusqu’ici souffert du manque de financement. Rita Ravelojaona, la Présidente de la FHORM s’est en tout cas réjouie de ce financement qui va contribuer à l’atteinte de la vision de doter le pays, d’une hôtellerie authentique et prospère de la gamme 4 étoiles. En tout cas, cet appui arrive à point nommé pour le développement de l’hôtellerie malgache qui enregistre actuellement 6 500 établissements hôteliers et 17 000 restaurants et qui est dans le peloton de tête, en termes d’emplois et d’apport en devises étrangères.

Partenariat public privé. A noter que le projet PIC est financé par la Banque Mondiale à hauteur de 50 millions USD et par le Fonds de l’OPEP pour le Développement International. Le projet opère, aussi bien au niveau central qu’au niveau de certaines régions à forte potentialité comme Fort-Dauphin, Diégo, la zone RN7 et Nosy-Be. Le ministre d’Etat Rivo Rakotovao qui assure la tutelle du PIC a déclaré, lors de cette signature que le pays ne peut pas se passer du partenariat public-privé, pour assurer son développement. En tout cas, ce partenariat signé hier constitue une nouvelle étape dans le programme de relance du tourisme entamé par le ministère de tutelle. Le ministre Ulrich Andriantiana a réitéré hier la volonté de son département de tout mettre en œuvre pour la relance du tourisme, un secteur qui joue un rôle primordial dans le développement du pays. Le défi reste toujours le même : atteindre le cap des 1 000 000 de touristes par an à l’horizon 2020.

R.Edmond

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. Madagascar à eu une chance incroyable après les événements de 91.. Des journalistes français ont relayé fréquemment les problèmes de l’île…. Ont lance un vaste programme pour aider Akamasoa…pour aider le tourisme.. Tout paraissait possible…de nombreux français créaient des activités principalement dans des activités liées au tourisme…mais les médias français relaient toujours les faits divers sordides maintenant… L’engouement suscité il y a 20/25 ans est désormais envolé.. De plus les français subissent tous des angoisses sur l’avenir proche….les retraités n’ont plus les pensions confortables que les décennies précédentes distribuaient….

  2. 300.000 ! La méthode Coué a encore des adeptes… Si 2015 permet d’atteindre 100.000 touristes ce sera un miracle (je parle de touristes, pas de Malgaches qui viennent voir la famille ou d’hommes d’affaires qui ne demeurent que trois ou quatre jours à Tana). Un million dans cinq ans ? Arrêtons de rêver. Les routes sont d’abord à refaire et la sécurité doit être restaurée (ainsi que l’électricité, l’accès à l’internet rapide, l’eau potable, l’état sanitaire des villes etc, etc…). Pour les prévisionnistes, j’annonce la couleur : si Mada reçoit 200.000 touristes en l’an 2020, je bouffe mon chapeau de paille (et avec joie !)

  3. Ministre tsy alehany ! be fihetsiketsehana fotsiny satria matahotra ho very toerana ! Aiza ilay 300000 touristes ! Mialà ry kin….!

Post Comment