Exportation : Identification des obstacles non tarifaires


Bmoi

Jacaranda
Lors de la table-ronde organisée par le ministère du Commerce.
Lors de la table-ronde organisée par le ministère du Commerce.

Le Centre du Commerce International soutient les efforts de Madagascar afin d’améliorer les exportations vers les marchés régionaux et internationaux.

Le marché international s’ouvre maintenant aux opérateurs nationaux. Les exportations vers les Etats-Unis reprennent entre autres, depuis la rééligibilité de la Grande Ile dans le cadre de l’AGOA. Nos produits peuvent également accéder librement sans paiement de taxes à l’importation sur les marchés régionaux comme le COMESA et la SADC. Mais il y a encore des barrières non tarifaires qui entravent les exportations du pays. Afin de soutenir les exportateurs nationaux, le ministère du Commerce et de la Consommation a organisé une table-ronde sur les mesures non tarifaires, pendant deux jours à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo, et ce, en partenariat avec l’appui du Centre du Commerce International.

Stratégie commune. « L’objectif consiste à identifier ensemble ces obstacles non tarifaires tout en discutant de manière transparente les solutions adaptées à leur élimination grâce à la concertation de toutes les parties prenantes telles que le secteur privé et les autorités compétentes à tous les niveaux, ainsi que les organismes d’appui au commerce », a expliqué le ministre du Commerce et de la Consommation, Henri Rabesahala, lors de l’ouverture de cette table-ronde. C’est également une occasion de partager les expériences du Centre de Commerce International et du COMESA en matière de renforcement du mécanisme de veille et de résolutions de ces obstacles non tarifaires au commerce au profit de ces acteurs de développement. « L’importance est d’avoir une stratégie nationale commune et unique élaborée d’une manière concertée entre toutes les parties prenantes », a-t-il poursuivi.

Impact économique. Notons que les mesures non tarifaires peuvent avoir un impact économique sur le commerce international en changeant les quantités ou les prix. Il s’agit également de réglementations légales et obligatoires mises en place pour des raisons légitimes ou protectionnistes comme le contingentement, la licence à l’importation, les procédures de certification et les règlements phyto-sanitaires. Et pour faire face à ces obstacles non tarifaires, le ministère du Commerce prévoit de mettre en place un « Trade National Comity » qui va se charger de toutes les questions liées au commerce. Les partenaires techniques et financiers ont également manifesté leur volonté de soutenir les efforts de Madagascar pour améliorer ses exportations. A titre d’illustration, le Centre du Commerce International renforce la capacité du pays en la matière, afin de cibler les marchés africain, européen, asiatique et américain.

Navalona R.

Share This Post

Laisser un commentaire