Secteur minier artisanal : 500 000 emplois directs créés

Les moyens d’exploitations des mineurs sont encore archaïques. (Photo d’archives)
Les moyens d’exploitations des mineurs sont encore archaïques. (Photo d’archives)

Un dialogue permanent entre toutes les parties prenantes doit-être instauré afin d’améliorer la bonne gouvernance de ce secteur.

Le secteur de la petite mine et de la mine artisanale est encore dominé par l’informel, les conflits fonciers et la dégradation de l’environnement. Toutefois, c’est un des secteurs les plus importants en matière de création d’emplois. La preuve, il fournit environ 500 000 emplois directs et fait survivre 2 500 000 personnes de manière indirecte, d’après le dernier rapport publié en 2008. Toutes les parties prenantes, dont entre autres, le secteur public, les syndicats des petits exploitants miniers et les partenaires techniques et financiers se sont ainsi réunies dans le cadre d’un atelier sur le secteur minier artisanal, organisé conjointement par le ministère des Mines et la coopération allemande GIZ, deux jours durant, à l’Hôtel Carlton. « L’objectif est d’instaurer la bonne gouvernance du secteur », a évoqué Lalalison Razafintsalama, Responsable des Mines artisanales au sein de la coopération allemande GIZ.

Crime. Plus précisément, « il ne s’agit pas uniquement d’améliorer les recettes qui reviennent à l’Etat et à ses organes de démembrement par le biais de la formalisation des acteurs, mais aussi d’améliorer les conditions de travail des mineurs et de réduire les impacts environnementaux », a-t-il poursuivi. Force est de remarquer que la majeure partie des ruées vers les pierres précieuses et l’or se situent souvent à l’intérieur ou à l’environnement immédiat des Aires Protégées. Or, « effectuer des exploitations illicites dans ces Aires Protégées constitue un crime, selon le Code Minier. C’est la raison pour laquelle, nous sollicitons l’instauration d’un dialogue permanent entre toutes les parties prenantes, surtout au niveau régional pour résoudre ce problème d’une manière durable », a-t-il enchaîné. En outre, une formation des petits exploitants miniers s’impose également. En effet, « bon nombre d’entre eux ne sont même pas connaisseurs de la qualité et de la valeur des pierres précieuses qu’ils viennent d’extraire de manière archaïque. Ils se font toujours avoir par les collecteurs concernant le prix de vente de leurs produits miniers. D’ailleurs, ces opérateurs financent leurs moyens de subsistance durant la période d’exploitation minière », a raconté Lalalison Razafintsalama.

Manque à gagner. Notons qu’une enquête est maintenant menée par la GIZ en partenariat avec le ministère de tutelle dans les zones pilotes comme à Sakaraha dans la région d’Atsimo Andrefana sur l’exploitation de saphir et à Betsiaka dans la région de DIANA sur l’exploitation aurifère. Par ailleurs, « il faut savoir que plus de 500 permis miniers ont été délivrés par le ministère des Mines au niveau du secteur minier artisanal», a déclaré Eddy Rasolomanana, le directeur général des Mines. Mais le manque à gagner pour l’Etat est énorme étant donné que la plupart des acteurs sont informels. Rien que pour l’or, il est estimé à 720 millions d’Ariary, d’après la publication de l’EITI en 2013.

Navalona R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

4 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. Quel dialogue avec les Malagasy alors que tout est déjà ficelé avec les étrangers (Canadiens, etc …).
    On ne nous dit pas tout d’avance comme avec Air M/car, Adema, Jirama …
    On nous met toujours devant le fait accompli comme si nous ne sommes que des locataires ou occupants irresponsables, illicites !!!

    500 000 emplois directs en contrepartie de … millions de dollars ou d’euros et de non respect des « fomba » et du respect de la dignité humaine ???
    Et quels salariés ? Des enfants ? …

    Tena tia vola aingana ity fitondràna ity ary tsy mihaino no tsy manaja na iza na iza !!!

  2. Quel humour noir et quelle indécence, je l’espère involontaires ! Illustrer un article sur les mineurs (normalement des adultes qui travaillent dans une mine) avec une photo de « mineurs (des enfants qui devraient être à l’école) est pour le moins malvenu. Je connais des secrétaires de rédaction qui seraient virés pour moins que cela ! Cela dit, le travail des enfants (pas uniquement dans le secteur minier) est aussi un scandale à dénoncer ! C’est sans doute même le plus urgent des scandales à régler. Ne confondons pas exploitation minière et exploitation des enfants mineurs…

  3. Combien de mineurs non majeurs parmi les 500000 ? Un autre
    archaïsme qui devrait sauter aux yeux avant les moyens d’exploitation..

  4. C’est bien beau tout ca: 500 000 créations d’emplois; mais dans quelles conditions pour ces ouvriers non qualifiés?Il est grand temps de mettre au norme leurs conditions de travail, par exemple : une formation pour ces ouvriers, améliorer leur accessoires et outils de travail pour leur sécurité. Cela represente 1 coup financier mais au moins avec des ouvriers qualifiés ils auront des produits de qualités.

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.