Secteur aérien : « Il faut casser le monopole afin de développer le tourisme », selon Ulrich Andriantiana, le ministre des Transports et du Tourisme

Jacaranda
Un carnaval a eu lieu dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale du Tourisme.
Un carnaval a eu lieu dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale du Tourisme.

La libéralisation du secteur aérien est fortement sollicitée afin d’atteindre l’objectif d’un million de touristes d’ici à 2020. Des compagnies aériennes privées ont déjà manifesté leurs intérêts à se lancer dans ce secteur.  

Le problème du secteur aérien constitue un facteur de blocage évoqué par les opérateurs œuvrant dans le secteur du tourisme. L’objectif de 300 000 touristes fixé par le ministère du Tourisme ne sera pas atteint car la statistique enregistrée à la fin d’août 2015 fait état de 150 000 arrivées de touristes à Madagascar. En fait, « il faut casser le monopole de la compagnie aérienne Air Madagascar afin de développer le tourisme », a évoqué Ulrich Andriantiana, le ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, lors d’une conférence organisée à l’endroit des différents acteurs de développement vendredi dernier au Zahamotel à Mahajanga. C’était également une occasion de leur présenter les grandes orientations de son département concernant les secteurs du tourisme et des transports.

Réseaux intérieurs. « Raison de la coopération entre toutes les compagnies aériennes des îles au sein de l’Océan Indien dans le cadre d’une alliance Vanille. Ce qui permettra ensuite de promouvoir les destinations combinées inter-îles, grâce à la facilitation de l’inter-connectivité, et ce, avec un tarif attractif. Le but est d’assurer une meilleure fluidité de la circulation des biens et des personnes », a-t-il soulevé. En outre, des études sont en cours au niveau de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) afin que ces compagnies aériennes des îles puissent effectuer des vols intérieurs, reliant entre autres, Maurice et Nosy-Be ou La Réunion et Sainte-Marie. Mais ce n’est pas tout ! Le ministre Ulrich Andriantiana a sollicité les opérateurs nationaux disposant d’une compagnie aérienne de se lancer dans l’exploitation des réseaux intérieurs pour que l’industrie touristique devienne un levier de développement de la nation. A titre d’illustration, une compagnie aérienne privée dispose déjà d’une licence pour effectuer un vol régulier à Mahajanga.

Avantage comparatif. « Et toujours dans le cadre de la libéralisation du secteur aérien, d’autres compagnies internationales comme Air Links, Blue Panorama et Air Corsair ont déjà effectué une manifestation d’intérêt au niveau de l’ACM », a-t-il poursuivi. Dans la même foulée, Madagascar possède un avantage comparatif en termes de potentialité des produits servant à attirer les touristes. « Nos offres sont maintenant très diversifiées pour ne citer que le nombre des parcs nationaux où sont protégées la faune et la flore endémiques de Madagascar qui ont presque doublé », a enchaîné le ministre de tutelle. Et parlant de la sortie de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar de l’annexe B, il a évoqué qu’un 2e audit de l’Union Européenne aura lieu en novembre. Rappelons que cette conférence a été organisée dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale du Tourisme qui coïncide avec la Journée Mondiale de la Mer et des gens de Mer. A cette occasion un carnaval de tous les acteurs œuvrant dans ces secteurs a eu lieu dans la Capitale du Boeny. Le thème portait sur « Un milliard de touristes, un milliard de possibilités ».

Navalona R.

Blueline Air Fiber

Share This Post

3 Comments - Write a Comment

  1. Manao ahoana Tompoko, Efa tsara aloha Atoa Ministra ny mampiseho fa mia mivoatra isika, nefa na izany aza, @ maha pivezizezy ny tenako @ alalan’ny fiaramanidina dia hitako, fa isika Malagasy dia ilay mora mionona, na koa hoe aleo aloha tsapaina ity project ity, na koa hoe rehefa manao dia ampy fa ny tsy manao no ratsy. Tsy any mihitsy ny fipetraky ny problem misy eo @ tourisme, amiko dia hita fa tena tsy mbola capable mihitsy isika gasy hanao defi goavana. Ohatra, fa maninona no ireo Company Ocean Indien ihany no resahina, ny akabetsah’ny touriste anie avy any Europe fa tsy hoe Maurice, na Reunion na Afrique. Ekena misy avy any fa ny pourcentage dia kely para raport ny avy any Europe. Ny hitako aloha dia tena bestaka mihitsy ny olona te ho aty, fa ny premier obstacle dia ny frais apres zay vao ny securite etc…
    Asa aloha, ny fantatro dia sokafy tanteraka io Sky io arabakiteny de ho hita eo.Ny tena tsy fantatr’isika manko dia ny hoe fa maninona ny British Airways, ny Lufthansa, ny Emirates sy ny hafa, no tsy afaka mankaty Dago? Mety misy specialiste angamba afaka hanazava ahy @ zany, misaotra tompoko.

  2. Avant de libéraliser le ciel malagasy, il faudrait déjà renforcer la compagnie nationale pour qu’elle puisse aborder cette concurrence sinon c’est sa mort programmée en haut lieu.

  3. tant qu’il y a l’insécurité à madagascar il ne faut espérer que les touristes viendront même avec d’autre moyen de transport aérien . Air Madagascar devrai s’associer avec d’autre partenaire conteste mondiale oblige

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.