Retard du LFR : Les dépenses limitées aux strictes nécessaires

La loi de finances rectificative (LFR 2015) et la loi de finances initiale (LFI 2016) seront soumises au vote, à la prochaine et dernière session parlementaire ordinaire qui se tiendra en mi-octobre, selon le Premier ministre, Jean Ravelonarivo. « La session extraordinaire est réservée pour d’autres priorités, telle la loi sur les élections, ou le CENI, afin d’accélérer la mise en place d’institutions comme le Sénat, la Haute Cour de Justice, etc. En attendant la sortie du LFR, les Ministères peuvent préparer les dossiers relatifs à leurs projets, pour une réalisation avant la fin de l’année », a-t-il indiqué. De son côté, le directeur de Cabinet au sein du Ministère des Finances et du Budget, Bruno Razananirina, a donné plus de précisions en affirmant qu’il n’y a plus de taux de régulation pour le troisième trimestre de cette année. « Les différents départements ministériels peuvent toujours demander des dérogations spéciales en cas de besoin, mais généralement, nous sommes limités aux dépenses prioritaires », a-t-il informé. Faute de ressources financières au niveau des institutions, même les dépenses de fonctionnement sont réduites, d’après nos sources.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.