Révision du Code Minier : « Attention au populisme !», dixit l’Economiste Hugues Rajaonson

Jacaranda

« Ayant pris connaissance de l’existence de plusieurs propositions de Code Minier qui circulent entre les mains des gens non avertis aux questions relatives aux effets pervers des dispositions juridiques qui s’y trouvent, je lance  un  appel solennel à l’endroit des Malagasy pour que notre pays ne tombe sous les balles des frondeurs populistes », a exprimé l’Economiste Hugues Rajaonson. « Madagascar, n’est pas pour le moment un pays attractif pour les investisseurs miniers sérieux si nous nous référons aux divers classements reconnus par tous, et en particulier à la communication récente du cabinet-conseil Behre Dolbear qui fait autorité auprès de ces investisseurs sérieux. Alors il faut faire attention au populisme », rajoute-t-il.

Abrogation. La même dérive populiste veut également l’abrogation de la Loi sur les Grands Investissements Miniers (LGIM) qui avait pourtant escompté, lors de son élaboration, la venue de cinq (5) ou six (6) grands investisseurs dans le contexte mondial favorable des années 2000-2003, selon ses dires. Malheureusement, nous n’avions eu que deux propositions de projets : nickel-cobalt (Ambatovy) et fer (Wisco). « Pourtant, en dépit des maladresses politiques depuis le début des années 2000 qui ont occulté leurs impacts sur l’économie nationale, les deux actuels grands projets miniers à Madagascar, en l’occurrence, Ambatovy et QMM, ont contribué à la croissance économique et au bien-être social à Madagascar », a-t-il enchaîné.

Dépréciation. « Pour information, si l’Ariary a pu être stable pendant la Transition – où il y a eu baisse des exportations de produits malagasy et des importations productives – c’est grâce à Ambatovy et QMM. Nos projections – avec pour hypothèse que ces deux projets n’existaient pas – prévoyaient une dépréciation de l’Ariary de 150%, qui se traduirait alors par une hausse générale des prix à la consommation de 30% . J’appelle également les Malagasy à la prudence face aux discours de certaines entités religieuses qui n’ont pas leur place dans ces débats purement techniques et politiques », a-t-il conclu.

Recueillis par Navalona R.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.