Sécurité sociale : Seuls 2 % des travailleurs ruraux bénéficiaires

Jacaranda
 Ntsay Christian, le Représentant de l’OIT à Madagascar, a insisté sur la mise en place d’une nouvelle stratégie permettant aux travailleurs ruraux de bénéficier d’une sécurité sociale.
Ntsay Christian, le Représentant de l’OIT à Madagascar, a insisté sur la mise en place d’une nouvelle stratégie permettant aux travailleurs ruraux de bénéficier d’une sécurité sociale.

Les travailleurs ruraux sont notamment les agriculteurs, les éleveurs, les pêcheurs et les artisans. Ils adhèrent au sein d’une association pour pouvoir bénéficier d’une sécurité sociale par le biais d’une entraide des membres.

C’est injuste ! Les producteurs en milieu rural approvisionnent en nourriture la population dans le pays surtout citadine. Ils représentent près de 93 % des travailleurs en général. Cependant, 2 % de ces travailleurs ruraux seulement bénéficient d’une sécurité sociale, contre 6 % des travailleurs en général sur le marché du travail. Le Représentant de l’OIT (Organisation Internationale du Travail), à Madagascar, Ntsay Christian, l’a évoqué lors de l’ouverture de la Concertation nationale sur la promotion de la sécurité sociale des travailleurs ruraux hier à l’hôtel « Le Paon d’Or » à Ivato. Tous les acteurs concernés, y compris les représentants des travailleurs ruraux répartis dans toutes les régions de l’île y participent pendant trois jours.

Stratégie commune. En fait, « les institutions comme la CNaPS et le système médical inter-entreprises ne disposent pas de produits et services adaptés aux travailleurs ruraux. Il s’agit notamment des agriculteurs, des éleveurs, des pêcheurs et des artisans. Ces travailleurs ruraux s’organisent entre eux en adhérant dans une association pour pouvoir bénéficier une sécurité sociale en cas de maladie entre autres, par le biais d’une entraide des membres. Des artisans cotisent à la CNaPS ou s’affilient à une quelconque assurance maladie, et ce, d’une manière volontaire afin qu’ils aient une retraite ou une couverture sociale », a-t-il précisé. Face à cette situation, « il s’avère indispensable de mettre en place une nouvelle stratégie commune, leur permettant de bénéficier d’une sécurité sociale. C’est d’ailleurs l’objet de cette présente concertation nationale. L’instauration d’une politique nationale de sécurité sociale des travailleurs, n’est pas en reste », a-t-il poursuivi. Notons que l’Organisation Internationale du Travail, basée à Genève y apportera son appui.

Retraite. De son côté, le ministre de la Fonction Publique, du Travail et des Lois Sociales, Maharante Jean De Dieu, a évoqué qu’il n’y aura pas de développement dans ce pays tant que les travailleurs ruraux ne percevront pas de retraite tout comme les autres travailleurs. « Avec l’appui de l’OIT, nous allons mettre en place un nouveau système permettant à ces travailleurs ruraux de bénéficier d’une retraite. On le sensibilise entre autres, à cotiser mensuellement auprès d’une institution spécialisée en la matière. Ce qui leur permettra également de payer juste une partie des frais et dépenses médicaux, grâce à une sécurité sociale », a-t-il conclu.

Navalona R.

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.