Ils ont dit…

Eric Rajaonary, PDG Guanomad : Ma société exporte aujourd’hui sur presque tous les continents. Cela est possible, grâce en partie aux partenariats et aux coopérations que nous avons noués avec d’autres acteurs, intéressés par la solution innovante que nous avons proposée.

Régis Bourbon, actionnaire RBI (La Réunion) : Il est difficile de lancer une marque sur le marché européen. Pour réussir, nous avons décidé de fournir les grandes industries, en produits intermédiaires, que nous produisons à partir de matières premières, généralement importées de Madagascar.

Hary Andriatefihasina, PDG de SEBTP-OTI : En s’alliant avec une société ayant des compétences complémentaires avec les nôtres, nous aurons beaucoup plus de chance d’obtenir des marchés de niveau international.

Falimananjarasoa Rasamimanana, DG Faly Export : Madagascar dispose déjà des terres cultivables et des paysans prêts à travailler, mais il faut des partenariats pour une meilleure capacité de production.

Christian Rajaosafara, vice-président SIM : Nous avons des accords préférentiels et les avantages des ressources naturelles. Si on veut attaquer le marché international, il faut miser sur la qualité et l’innovation. Cela peut s’acquérir par la capacité et la volonté de coopération par un système de joint venture.

Recueilli par Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire