Mines : Une attractivité à développer pour Madagascar

Jacaranda

Madagascar est encore loin d’être compétitif en matière d’investissements miniers. Selon l’institut Fraser beaucoup restent à faire quant à l’attractivité de Madagascar en tant que pays à destination d’investissements miniers.

Dans le contexte actuel, Madagascar n’intéresse pas les grands investissements miniers. Sauf évidemment les deux cas d’Ambatovy et de Rio Tinto qui traversent actuellement des problèmes. Par ailleurs et malgré ses potentialités minières, Madagascar est encore absent de la liste des 25 pays dans lesquels il faut investir absolument, publiée par le cabinet Behre Dolbear.

Vigilance. Par ailleurs, le dernier classement de l’indice de compétitivité mondial publié par le Forum Economique Mondial a classé Madagascar 130e sur 140 économies, au même rang que les pays comme le Tchad (131e), le Libéria (129e), le Sierra Leone (137e) dont la plupart sont en guerre. A l’origine de ce mauvais classement se trouvent, entre autres, l’insuffisance des infrastructures et la mauvaise qualité de la main d’œuvre n’empêche. Le secteur minier du pays a de l’avenir devant lui. Et la révision du code minier figure parmi les facteurs qui vont contribuer à ce bel avenir du secteur minier. Raison pour laquelle, nombreux sont les techniciens et économistes qui en appellent à la vigilance des responsables, dans la finalisation de ce document qui régira le secteur.

CREM

A l’instar de Jonah Andrianantoanina, un membre du Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar (CREM), qui, dans un communiqué qu’il vient de publier, invite le gouvernement à prendre en considération tous ces résultats d’études dans la révision du code minier et du code pétrolier. « Il ne faut pas perdre de vue et améliorer l’attractivité de Madagascar. En effet, si nous oublions de tenir compte de cette attractivité, les investisseurs miniers et pétroliers préféreront d’autres destinations. Car vu l’insuffisance d’infrastructures lourdes dans notre pays, tout projet d’investissement doit se faire en terrain vierge. Ce qui entraîne un surcoût non négligeable des investissements à Madagascar. De même, nous ne disposons pas de main d’œuvre spécialisée requise pour ce genre d’investissement ». En tout cas, ce technicien regrette le fait que « plusieurs propositions de code minier et de code pétrolier sont entre les mains des gens qui ignorent cette réalité ». Bref, les rédacteurs de ces nouveaux codes doivent tenir compte des propositions des techniciens neutres et objectifs.

R.Edmond

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.