Emergence Madagascar : Un pacte pour la relance économique

Créer 100 000 emplois en 100 jours. C’est de l’utopie répondront probablement les économistes. Et pourtant Emergence Madagascar y croit. Holijaona Raboanarijaona, le Président de cette association tournée vers le développement rapide estime que , « le Pacte pour l’Emergence de Madagascar, avancé comme une Feuille de route incluant les étapes nécessaires pour inclure Madagascar dans le rang des pays émergents, constitue d’abord le gage de la stabilité et de la réconciliation nationale ». Holijaona Raboana a démontré le rôle important des Députés dans les préalables en matière de conception de lois dont le principe est la sauvegarde de la souveraineté nationale tout en permettant l’ouverture à la mondialisation. Le Pacte pour l’Emergence de Madagascar constitue dans un deuxième temps le schéma directeur servant de repère dans l’élaboration des futures réformes en profondeur. Incluant 61 actions d’urgence sociale et d’impact social dans son Plan Stratégique de Développement à Croissance Accélérée pour l’Emergence de Madagascar, le Pacte pour l’Emergence de Madagascar demande par ailleurs l’approbation de tous les acteurs politiques, économiques, sociaux, religieux et diplomatiques dans sa phase finale. Procédure qui est appliquée lors des changements de République mais aussi concrétisée chez les pays émergents avant l’élaboration du programme économique.

Holijaona Raboana, Président de l’Emergence de Madagascar, a conclu sur les retombées économiques, et les politiques publiques que les experts réunis au sein de l’Emergence de Madagascar se proposent de mettre en œuvre pour garantir l’impact direct et à court, moyen et long terme sur les ménages malgache de la réintégration territoriale des Nosy malagasy. Sur le principe des 3FFV (phase 1 « Faritra-Famokarana-Vokatra », phase 2 « Faritra-Fanodinana-Vokatra » et phase 3 «Faritra-Fanondranana-Vokatra »), il a été démontré qu’il était possible de produire et d’exporter des produits à forte valeur ajoutée en partant des zones de production régionales.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

5 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. ce type est un escroc notoire … et il a toujours bonne presse …

  2. 100 000 emplois en 100jrs ne se décrètent pas par simple discours. Des idées « super » originales, ces gens là en ont déjà eu du temps du Président Zafy avec les « financements parallèles »

  3. Tout à fait d’accord avec M Raboana sur les 100 000 emplois en 100 jours seulement il n’a pas précisé à partir de quelle date, de quelle année car réunir les conditions préalables ne se fait pas en quelques mois et même quelques années …

    Déjà, il est difficile présentement d’avoir  » l’approbation de tous les acteurs politiques, économiques, sociaux, religieux et diplomatiques dans sa phase finale  » … Je dirai plutôt dès sa phase initiale. Et sous quelle forme ???

    Comme j’aime dire  » Manakaren-be anie i Madagasikara sy ny Malagasy fa tsy manambola ê !. »

    C’est comme certains bourgeois propriétaires fonciers qui ont des hectares de terrains et des immeubles mais n’ont que peu de liquidités ou d’argents disponibles … Les banques et usuriers peuvent leur avancer tout de suite des liquidités avec des cautions, des hypothèques, des intérêts mais … radins, avares et méfiants comme ils sont, ils ne cèdent rien … et vivent modestement, pas frimeurs mais de bons contribuables et souvent de bons donateurs, …

    Raboana ne rêve pas mais il agite le miroir aux alouettes avec son 3 FFV d’inspiration purement keynésienne, une théorie que les pays hyper-développés acceptent mais avec des moyens que les pays émergents ont du mal à accepter et pire les pays sous-développés par la COP 21 … qui ne peuvent pas se passer du charbon et des énergies fossiles.
    La COP 21 est purement une politique économique et stratégique de « mater » les pays producteurs de gaz et de pétrole et favoriser les ressources énergétiques naturelles par des technologies avancées dont les pays hyper-développés (Etats-Unis, Japon, Allemagne, La France, …) tiennent le haut du pavé. Et, on veut purement et simplement basculer les demandes et besoins en énergie : géothermie, énergie solaire, photovoltaïque , … Et ce n’est pas à la portée de n’importe qui !!!

    Du coup, notre délégation s’est trompée d’objet et de motifs, pratiquement hors sujet : la COP 21 n’est ni le moment, ni l’endroit de demander des dédommagements …

    Le cas de M/car est tout simple : supprimer au plus vite possible les sources énergétiques de la Jirama, grands consommateurs de fuel … mais on en est loin avec les dettes de l’Etat incapable de s’autofinancer en quoi que ce soit.

  4. Il faut y croire, tout comme la résolution du délestage en 3 mois.

  5. 100 000 emplois en 100j !.. et à Mscar ! C’est pas la blague du jour ? On peut dire que le sieur Raboana a détroné ici et facilement Francis Turbo en 3 phases bien magistrales!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.