SGS group : Un exemple réussi de partenariat public-privé

Cédric Catheline, l’actuel PDG de Gasynet.
Cédric Catheline, l’actuel PDG de Gasynet.

Multinationale créée en 1878, le groupe suisse SGS qui intervient dans plus d’une dizaine de secteurs d’activités, est leader dans son domaine et se démarque particulièrement par son niveau de professionnalisme et sa culture de l’intégrité. Le groupe qui opère à Madagascar à travers à travers SGS group et Gasynet S.A se montre plutôt discret. Et pourtant son rôle dans le domaine du partenariat public-privé est capital. Cedric Catheline qui est le dirigeant de SGS Madagascar nous parle des activités de l’entreprise au pays. Un exemple réussi de partenariat public-privé.

Q : Malgré une dizaine d’années de présence, SGS Madagascar n’est pas encore très connu du public. Pouvez-vous nous faire une présentation ?

 Cédric Catheline : « SGS Madagascar a été créée en 2004 et elle est effectivement un peu discrète. On entend beaucoup plus parler de GasyNet que de SGS. SGS Madagascar opère dans les domaines de la vérification, de l’inspection, de l’analyse et de la certification. Elle intervient dans différents secteurs d’activité comme les biens de consommation et plus particulièrement le textile avec tout ce qui est contrôle des matières premières, évaluation de l’usine, contrôle quantitatif et qualitatif des produits finis, contrôle de chargement, contrôle de conformité des biens d’équipement etc. Nous avons pour ce faire un laboratoire où nous pouvons effectuer presque tous les tests mécaniques suivant différents standards, la plupart des tests chimiques (allergènes, etc.) étant réalisés sous accréditation dans l’autre laboratoire régional que nous possédons à Maurice.

Nous opérons aussi dans les services liés aux commodités : produits agricoles, produits pétroliers et miniers pour lesquels on réalise des inspections, des analyses et du monitoring de stocks. Aujourd’hui, grâce aux compétences régionales du groupe nous sommes même capables d’apporter des services en matière d’engineering, design d’usines minières, Commissioning, etc.

Nous intervenons également dans le domaine environnemental avec des études d’impact, des contrôles de la qualité de l’air sur les sites industriels, et en matière de services d’études liés aux activités forestières. Nous avons aussi ouvert une division en charge des infrastructures où nous assurons le contrôle et la surveillance de la réalisation des différents projets (routes, ponts, et autres). Enfin, nous offrons toute une panoplie de services liés à la certification avec des offres de formation, d’audits et de certification (ISO9001, ISO14001 ISO18001, responsabilité sociétale, ou encore dans le domaine alimentaire avec HACCP et FSSC22000).

Q : Et GasyNet dans tout cela ?

Cédric Catheline :

GasyNet relève d’une division de SGS group appelée « Service aux Gouvernements et Institutions ». Elle a été créée à Madagascar depuis 2007 dans le cadre d’un partenariat public privé avec le gouvernement malgache avec comme mandat et mission particulières de promouvoir et de contribuer à une utilisation poussée des technologies de l’information et de la communication au niveau des procédures administratives. Nous avons tous vu les résultats au niveau de la procédure de dédouanement depuis la mise en place du guichet unique TradeNet car les délais sont passés de près de 20 jours avant la mise en place du système à bien moins que 5 jours. La moyenne aujourd’hui tourne autour de 3,5 jours pour le maritime. Notre prochain défi, c’est d’apporter tout notre support à la Douane pour le passage à la dématérialisation totale d’ici à la fin du premier trimestre 2016 si tout se passe bien. D’autres projets sont en vue. Par ailleurs, GasyNet se tient à la disposition de l’administration malgache d’une manière plus générale pour l’accompagner dans ses différents projets de modernisation et pourquoi pas, apporter sa part de contribution à la mise en place du futur système e-Government à Madagascar. »

En résumé quels sont les objectifs de toutes ces démarches ?

Cédric Catheline : En fait, nous savons tous que dans le contexte actuel, les exigences se font de plus en plus nombreuses: modernisation, facilitation du commerce, respect des normes, besoin de rehausser la qualité des produits et des services, etc. Et notre métier à nous est de faire en sorte de collaborer avec tous nos différents partenaires, qu’ils soient publics ou privés, pour les aider à se conformer à tout cela, à améliorer leur productivité et à réduire les risques quels qu’ils soient, au niveau de leurs activités respectives. Et pour cela, nous apportons notre expertise bien évidemment, que nous combinons avec notre connaissance du contexte et des opérateurs locaux ».

Propos recueillis par R.Edmond.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.