Grève de la Douane : Rude bras de fer entre le Syndicat et le Gouvernement

Jacaranda
Les négociations entre le SEMPIDOU et le Gouvernement se poursuivent.
Les négociations entre le SEMPIDOU et le Gouvernement se poursuivent.

Les employés de la Douane ont entamé une grève, suite à un ultimatum de 48h, lancé la semaine dernière contre le Gouvernement.

Des négociations ont eu lieu entre le SEMPIDOU (Syndicat du Personnel des Douanes) et le Ministère des Finances et du Budget, ainsi que la Primature, mais aucun terrain d’entente n’a été trouvé jusqu’ici. « Malgré les différentes rencontres, les employés ont quand même tenu une grève générale, mardi dernier. Il est important de rappeler que le SEMPIDOU conteste la décision de l’Administration de procéder à un appel à manifestation d’intérêt sur la prise en charge des activités de contrôle a posteriori des importations », a indiqué le Ministère de tutelle, dans un communiqué. En effet, ces actions de contrôle ont été assurées, depuis toujours, par le personnel au sein de la Douane même. Dans le cadre des négociations, le Syndicat a été reçu lundi dernier par le directeur de Cabinet auprès de la Primature. Le personnel a demandé l’annulation de l’appel à manifestation d’intérêt cité plus haut. Et pourtant, d’après la Primature, les deux parties ont déjà convenu une simple suspension jusqu’à ce que l’on trouve un commun accord. Lors de la dernière rencontre, le Gouvernement a sollicité les propositions du Syndicat sur la stratégie d’amélioration des recettes douanières et l’a même invité d’adhérer à une Commission de modernisation et d’amélioration des services de la douane. Pour les employés, l’élaboration d’une telle stratégie n’est pas le rôle du Syndicat. Ils refusent également d’adhérer à la Commission.

Mauvaise image. Depuis le retour de Madagascar à l’ordre constitutionnel, le Ministère des Finances et du Budget a mis en place des réformes dans le dessein d’optimiser les résultats et d’augmenter les recettes de l’Etat. « Le regard des Partenaires Techniques et Financiers est braqué sur la Grande Ile et de telles manifestations pourraient être interprétées comme des actes de déstabilisation. Les autorités, les acteurs de développement ainsi que tous les citoyens doivent faire preuve de solidarité et partager la même vision pour parvenir à la relance économique du pays », avance le Ministère des Finances et du Budget. Pour le ministre Gervais Rakotoarimanana, les échanges doivent se poursuivre pour trouver ensemble des solutions. « Ceci éviterait non seulement, des incidents qui pourraient salir l’image du pays, mais surtout, pour ne pas rendre vains tous les efforts déjà entrepris », a-t-il avancé.  Bref, cette situation risque de causer encore des dégâts, si les parties concernées n’arrivent pas à trouver des solutions ensemble.

Antsa R.

Blueline Air Fiber

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.