Marchés publics : Renforcement des contrôles, fin des abus sur les dérogations

La nouvelle présidente du CNM et le nouveau DG de l’ARMP.
La nouvelle présidente du CNM et le nouveau DG de l’ARMP.

Les remplacements de hauts responsables des Services et Directions au sein du Ministère des Finances et du Budget visent à améliorer la gestion des fonds publics, pour la bonne gouvernance, selon le ministre Gervais Rakotoarimanana.

Le Gouvernement essaie d’améliorer les recettes pour avoir plus d’espace budgétaire. « L’allocation des ressources doit également être efficiente », a soutenu hier, le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana, lors des passations de services entre les anciens et les nouveaux responsables du Contrôle financier, de la Commission Nationale du Marché (CNM) et de l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP). En effet, ces trois entités jouent des rôles primordiaux dans le contrôle de l’utilisation des deniers publics. « Avec ces nouveaux responsables, des améliorations sont attendues. Si ces changements ont été décidés, c’est qu’il y avait des imperfections à corriger », a noté le ministre. A noter qu’au sein du Contrôle financier, l’ancien DG, Ranaivo Henri est remplacé par Bien-Aimé Raoelijaona. Pour la CNM, Rindra Rabarinirinarison est la nouvelle présidente, et remplace donc l’ancien président Tovoherihavana Philibert. Par contre, ce dernier est devenu nouveau DG de l’ARMP, remplaçant l’ancien DG, Vonjy Harison Razafy.

Fin des abus. La plus grande partie des dépenses d’investissement de l’Etat fait l’objet de procédures de passation de marché public. La création de l’ARMP a déjà amélioré l’application des règles et principes, mais de mauvaises habitudes persistent encore, d’après le nouveau DG de cette autorité de régulation, Tovoherihavana Philibert. « La bonne gouvernance exige la transparence et l’application de la loi pour tous. Pour atteindre ces objectifs, nous allons renforcer les contrôles », a-t-il déclaré hier, lors de sa prise de fonction après la passation de service. De son côté, la nouvelle présidente de la CNM a évoqué l’application abusive des procédures dérogatoires. « Les dérogations ne doivent être appliquées qu’en cas d’extrême nécessité. Nous incitons les hauts responsables des divers départements à contribuer dans la réduction de ces procédures dérogatoires. La CNM va s’engager dans cet objectif et le Ministère des Finances et du Budget a déjà confirmé son soutien, dans ce cadre », a-t-elle annoncé. A noter qu’une prolifération de ces dérogations a été constatée en 2015, suite au retard de l’adoption de la loi de finances rectificative et des problèmes liés aux financements. Pour 2016 et les années suivantes, la situation devrait s’améliorer, d’après les responsables concernés.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire