Investissement pétrolier et gazier : Madagascar classé 2e meilleure destination en Afrique

Jacaranda
Les projets d’exploration et d’exploitation de ressources minérales doivent prioriser les bénéfices du peuple malgache, selon le ministre Joéli Lalaharisaina.
Les projets d’exploration et d’exploitation de ressources minérales doivent prioriser les bénéfices du peuple malgache, selon le ministre Joéli Lalaharisaina.

De nombreuses compagnies pétrolières attendent avec impatience le lancement des appels d’offres pour l’exploration de nos blocs pétroliers.

 Après la Mauritanie, Madagascar est le deuxième pays le plus attractif aux investissements pétroliers et gaziers. Nos concurrents directs sont bien loin du podium : Kenya à la 9e place et Mozambique à la 10e place. Ce classement a été établi par Africa Oil & Power, une initiative de Africa Branding Corporation, soutenue par Centurion, un groupe consultatif panafricain leader en matière commerciale et juridique, doté d’une expérience complète en droit pétrolier et gazier. De ce fait, la Grande Ile sera parmi les premiers invités de la conférence inaugurale Africa Oil & Power, qui aura lieu les 6 et 7 juin 2016 en Afrique du Sud.  L’objet de cette conférence sera de maximiser le réseautage et les opportunités de transactions pour les pays sélectionnés, dont Madagascar. D’après le rapport de classement, les conditions fiscales, les incitations à l’investissement et les possibilités de ressources figurent parmi les facteurs de sélection, qui rendent une juridiction de pétrole et de gaz plus ou moins attrayantes.

Nouveau Code. La présence de nombreuses compagnies, qui annoncent leur volonté d’acquérir des blocs pétroliers à Madagascar, confirment ce classement d’Africa Oil & Power. D’après le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Joéli Lalaharisaina Valérien, les recherches faites par les compagnies étrangères sont toujours utiles, car même les ressources que nous ne pouvons pas exploiter aujourd’hui, pourront l’être à l’avenir, grâce à l’évolution des technologies. « Par contre, chaque projet d’exploration et d’exploitation doit se faire au bénéfice du peuple malgache », a-t-il précisé. En effet, la Grande Ile est l’un des endroits les moins explorés du monde en matière de pétrole et de gaz. 15 compagnies pétrolières sont aujourd’hui en activité dans le pays, dont 12 Onshore sur 17 blocs pétroliers et 3 Offshore sur 3 blocs pétroliers. 20 blocs sont donc attribués et environ 230 attendent feront encore l’objet d’appel d’offre, après la sortie du nouveau Code pétrolier. D’après Hajatiana Rasolomanana, coordonnateur des travaux de réforme des textes pétroliers, le nouveau Code sera soumis à la prochaine session parlementaire. « L’élaboration de ce Code est achevé à 90% avec la participation de l’Administration, du secteur privé, de la société civile et des partenaires techniques et financiers. Des questions liées à la fiscalité et à la douane sont encore en cours de discussion. L’objectif de cette amélioration concerne la séparation des rôles des principaux acteurs (Ministère, Agence de régulation et Société Commerciale), la simplification des procédures, l’attractivité, les dispositions spécifiques sur les types d’hydrocarbures, la standardisation des pratiques et la précision des textes. S’il y avait 99 articles dans la loi 96-018, le nouveau Code en disposera environ 200 », a-t-il expliqué.

Antsa R.

Telma Fibre Vibe

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.