Réforme foncière : Un projet de 4 000 000 euros

Jacaranda
Le ministre auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, Narson Rafidimanana, est confiant quant à l’atteinte des 3 objectifs du programme ARSF.
Le ministre auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, Narson Rafidimanana, est confiant quant à l’atteinte des 3 objectifs du programme ARSF.

L’Etat, à travers le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, s’active dans la réforme foncière.

C’est parti. Le programme d’appui à la reforme et à la sécurisation foncière (ARSF) a été officiellement lancé hier. Un projet ambitieux et innovant, selon le directeur de l’AFD (Agence Française du Développement), Jean-David Naudet dans le discours qu’il a prononcé hier au CDL à Anosy. Le programme ARSF est un programme co-financé à hauteur de 4 000 000 Euros par le gouvernement Malagasy représenté par le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE), l’Union européenne et l’AFD. Sa durée est de 4 ans, du 19 janvier 2016 au 31 octobre 2019. 75 communes des régions Analamanga et Itasy en sont les bénéficiaires. Le programme vise à appuyer la population pauvre de ces régions en soutenant les productions agricoles (légumes, poulet, lait, poisson) alimentant les marchés et le bois d’énergie à travers la sécurisation foncière. Il est parti de l’idée selon laquelle la sécurisation foncière des producteurs constitue une condition préalable pour leur permettre d’augmenter leur productivité et leur revenu.

3 objectifs. Pendant 4 ans, le programme ARSF ambitionne de répondre à trois objectifs. Primo, doter 75 communes de sa zone d’intervention de dispositifs de sécurisation des droits fonciers (délivrance des titres fonciers), de gestion du territoire et de fiscalité foncières. Pour atteindre cet objectif, l’Unité de gestion du Programme (UGP) devra mettre en place des processus d’identification, de réalisation et de suivi/évaluation capables de faire face à une série d’acticités massives. Second objectif, permettre à 25 000 exploitants agricoles des communes concernées d’accéder à un foncier agricole dans des conditions de sécurité telles qu’ils intensifieront leur production. Et le troisième objectif, appuyer le ministère auprès de la Présidence chargé des Projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement dans la conduite d’expérimentation, en vue d’alimenter le Programme National Foncier (PNF) et l’évolution du cadre législatif y afférent.

Confiant. Dans son allocution hier au CDL à Anosy, le ministre auprès de la Présidence chargé des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement Narson Rafidimanana était confiant quant à la réalisation du projet. « Les trois objectifs cités dans ce programme seront atteints coûte que coûte. », a-t-il rassuré. Le directeur de l’AFD Jean-David Naudet a souligné quant à lui que la sécurisation foncière est un levier de développement. Il a par ailleurs affirmé que la réforme foncière de Madagascar est un modèle dans le Continent vu son équilibre. « Pour la population, l’importance de la mise en œuvre du programme est d’avoir accès aux services fonciers peu coûteux et rapides. », a-t-il déclaré. Le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a expliqué que la mise en œuvre du programme ARSF s’inscrit dans le cadre de la gouvernance foncière et de la Décentralisation effective. « Ce projet arrive à point nommé. Sa réalisation entre dans la mise en œuvre de l’Axe I du Plan National de Développement (PND). Il nous permettra également de lutter contre la pauvreté car le projet touche les couches vulnérables. Avec leurs titres fonciers, les paysans peuvent produire tranquillement et améliorer leur production. », estime le chef du gouvernement.

Litiges fonciers. Le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a par ailleurs fait remarquer que la réussite du programme d’appui à la reforme et à la sécurisation foncière permettra aussi de réduire les litiges fonciers qui constituent jusqu’à présent un facteur de blocage à une meilleure productivité dans le monde rural. A noter que les maires des 75 communes concernées sont les principaux acteurs du programme ARSF. Ils ont été massivement présents hier lors de la cérémonie du lancement du programme.

R.Eugène

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.