Gervais Rakotoarimanana : Contrôle anti-corruption au niveau des centres fiscaux

Le 111e Centre fiscal a été inauguré hier.
Le 111e Centre fiscal a été inauguré hier.

Plusieurs plaintes sur la corruption dans les services du fisc ont été reçues par le Ministère des Finances et du Budget. Des contrôles ont été lancés hier même, d’après le ministre Gervais Rakotoarimanana.

Le 111e Centre fiscal de Madagascar, 19e dans la région Analamanga a été inauguré hier. Il s’agit de celui d’Alasora, dédié aux Communes d’Ankadinandriana, Masindray, Ambohimanambola et Alasora. Ouvert seulement depuis moins d’un mois, ce Centre a déjà engrangé 438 millions d’Ariary de recettes fiscales, d’après Bodo Harisoa Rasamiarivelo, inspecteur des impôts responsable du service. Lors de l’inauguration, le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana a noté que l’impôt synthétique concernant les opérateurs réalisant un chiffre s inférieur à 200 millions d’Ariary est la catégorie qui fait rentrer le plus de recettes fiscales et qui bénéficient aux communes concernées. En effet, 47,5% de ces impôts sont attribués aux communes, 28,5% à la Région, 9,5% au « Faritany » 3% à la Chambre de commerce et d’industrie et 2% dédié à la lutte contre l’informel.  Par ailleurs, le ministre a évoqué l’obligation de transparence et d’intégrité au niveau de l’Administration fiscale. « La rigueur s’impose aux agents du fisc, car ils s’occupent de deniers publics. Il faut le respect entre employés et surtout le respect vis-à-vis des contribuables. Nous avons reçu des plaintes concernant la corruption dans les centres fiscaux. Cela est intolérable et nous avons lancé les contrôles, ce jour même. Cela concerne les centres fiscaux à Antananarivo, aussi bien que dans les autres régions », a-t-il déclaré.

Modèle. Présent à l’inauguration, le président Hery Rajaonarimampianina a souligné la nécessité d’accroître les recettes fiscales, pour financer le développement du pays. D’après ses dires, les recettes actuelles ne suffisent même pas à assurer les dépenses de fonctionnement, donc ne permettent de faire aucun investissement. « C’est pour cela qu’il faut plus d’efforts. Le taux de pression fiscale de Madagascar est encore parmi les plus faibles en Afrique. Nous devons voir les impôts comme un devoir pour le développement du pays et non comme des répressions », a-t-il soutenu. De son coté, le DG des impôts, Garisse Iouri Razafindrakoto a noté que la Direction générale des impôts (DGI) a déjà réalisé 754 milliards d’Ariary de recettes, contre une prévision de 752 milliards. D’après ses propos, le recensement qui va être lancé va encore améliorer cette réalisation. « Nous allons également rénover les centres fiscaux. Ce nouveau centre d’Alasora est un nouveau modèle d’une administration au service des contribuables. Nous avons installé deux écrans. L’un diffuse un spot d’information et de sensibilisation et l’autre est un écran tactile permettant aux usagers d’insérer les données pour le calcul des impôts. Cela afin d’accélérer les démarches et de promouvoir la transparence », a indiqué le DG. Ce modèle d’administration sera donc mis en place dans les autres centres fiscaux.

 Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.