Rabenja Eric Narivony : « Une douane moderne et performante pour objectif »

Le DGD appelle au dialogue.
Le DGD appelle au dialogue.

Depuis le jeudi 23 juin 2013, une partie des agents de la Douane, conduit par le SEMPIDOU, ont observé 2 jours de grève. Le motif étant le refus de l’évaluation de profil des agents au sein de l’administration. Le Directeur Général des Douanes (DGD) a des choses à …déclarer. Interview.

 Midi : Quel est le principal objectif de cette évaluation de profil ?

DGD : « L’évaluation s’apparente à une analyse prospective. L’objectif est de rechercher des données qui peuvent être utilisées comme des inputs de démarche d’amélioration qualitative. Concrètement, nous voulions détecter pour chaque agent, le potentiel, le talent et les qualités afin de le booster dans son évolution, ce en lui proposant des formations adéquates ».

Midi : Quelles sont les composantes de cette évaluation de profil ? 

DGD : « L’élaboration des thématiques et des choix de questions s’inscrivent dans cette optique :

–  Test de profil de type. Test de langue : français et anglais. Test de logique et psychotechnique. Et test de connaissance générale qui permet d’évaluer le rapport des agents avec l’environnement général et aussi avec l’environnement douanier ».

Midi : Quels résultats attendez-vous de pareilles évaluations ?

DGD : « A l’issue de l’évaluation nous aurons 2 projets majeurs: Programme pour les leaders potentiels et le Plan individuel de développement pour les 1 200 agents des douanes ».

Midi : Qu’entendez-vous par « Programme pour les leaders potentiels »?

DGD : « Sachant que cette évaluation permettra de détecter le potentiel leadership des agents, il sera donc possible de mettre en place un bassin de leaders au sein de la douane. Les employés identifiés, qu’ils soient préposés, agents d’encadrement ou inspecteurs, peu importe… à partir du moment où ils sont des leaders potentiels, la douane pourra désormais les aider à renforcer leur potentiel. Plus, il y aura de vrais leaders, mieux ça sera pour la douane… car ils deviendront de vrais contributeurs au développement de la douane. Ceux qui ont un potentiel leadership suivent le programme qui leur est destiné et intègre le bassin de leaders ».

Midi : Et par Plan Individuel de développement ?

DGD : « Plan individuel de développement pour les 1 200 agents des douanes : Sachant que la douane disposera désormais de données réelles sur chaque agent, quoi de mieux pour pouvoir monter un plan de progression individuel qui retracera la cartographie d’évolution des profils et compétences des agents. Ceux qui n’en ont pas suivent leur programme individuel et feront l’effort nécessaire pour développer leur profil. 3 à 5 ans après, lors du prochain cycle, ils pourront prouver qu’ils ont fait évoluer leur profil pour intégrer le programme des leaders potentiels ».

Midi : Le SEMPIDOU avance pour motif de grève la non-légalité de cette démarche.

DGD : « L’amélioration de l’efficacité administrative ; la mise en place des vrais principes de gestion des ressources humaines font partie de la volonté, sinon de la priorité de l’Etat aujourd’hui. La lettre de la FOP confirme la légalité de l’évaluation de profil ».

Midi : Au-delà de cette évaluation, vous amorcez actuellement une réforme RH au sein de votre administration ? Pourquoi ? Pour quelle finalité ?

DGD : « Il faut noter que la Douane malgache s’est fixée comme défi d’être une administration de confiance pour les usagers mais surtout d’être une administration moderne et professionnelle. De cette vision, elle a défini comme un de ses engagements de faire de ses ressources humaines un facteur clé de son succès. C’est donc dans cette optique qu’elle a enclenché cette réforme, qui, soulignons-le, encourage le développement personnel et professionnel des agents de la douane ».

Midi : N’est-ce pas risqué de procéder à un changement dans le contexte actuel ?

DGD : « Tout processus de changement fait toujours peur. En interne, il ne faut pas s’en cacher. Nous avons peur, mais nous devons avancer pour au moins 3 raisons principales : Primo, pour l’opinion publique qui attend des changements. Secundo, pour les agents eux-mêmes pour la gestion de leur carrière. Et tertio, pour répondre aux objectifs de l’Etat.

Midi : Le mot de la fin ?

DGD : « En tant qu’agents de l’Etat, nous devons honorer nos engagements vis-à-vis de la population malgache. N’oublions pas que de par notre mission économique, nous contribuons à la bonne marche de l’administration à hauteur de 50%. Lancer une grève au sein de notre administration aura un impact considérable sur la vie de la population et l’économie malgache en général. N’oublions pas non plus, qu’en tant que service public, nous avons le devoir d’être professionnel, d’avoir de l’éthique dans notre démarche et comportement. « Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès ». C’est sur cette phrase de Nelson Mandela que j’appelle mes collaborateurs à continuer le dialogue et à fournir des efforts communs pour un seul objectif : une douane moderne et performante pour le développement de Madagascar ».

Propos recueillis par R. O

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.