AMDP : DÉVELOPPER L’ÉCONOMIE DANS L’ESPACE FRANCOPHONE



Jacaranda

Trois secteurs prioritaires pour changer la donne

amdp

Afin de contribuer efficacement au développement économique de l’île, encore confrontée à la pauvreté, l’Agence Malagasy de Développement économique et de Promotion des entreprises (AMDP) a ciblé trois secteurs prioritaires : l’agro-industrie, les services et l’énergie verte. Ces trois secteurs, à forte intensité de main-d’œuvre, répondent aux défis et aux enjeux du développement de l’île. Outre ses importantes réserves minières (or, saphir, nickel, cobalt), gazières et pétrolières, son potentiel économique repose en effet principalement sur l’agroalimentaire, le tourisme, les exportations, les travaux publics et la grande consommation. Madagascar possède un important cheptel de zébus et une abondante biodiversité. L’agriculture, essentiellement la riziculture, est la principale source de revenu des habitants, tandis que les filières de rente (girofle, vanille, cacao, sucre, poivre, café) comptent parmi les douze plus grosses exportations de Madagascar. La Grande île est le premier producteur mondial de cacao fin et le deuxième producteur de vanille, représentant un quart du marché international. Il convient également de noter que Madagascar dispose de trois types de climats : tropical humide, semi-tempéré (Hauts Plateaux), subsaharien sec. Le secteur textile constitue pour sa part un important relais de croissance capable de réindustrialiser le pays. Le transport et le tourisme, impactés durant les années de crise, sont en phase de relance.

L’Agence Malagasy de Développement économique et de Promotion des entreprises (AMDP) a pour mission d’identifier et de structurer des projets prioritaires et stratégiques pour le développement du pays. Il s’agira, ensuite, de mobiliser les financements (publics et privés) puis de trouver des investisseurs et partenaires internationaux, notamment issus de l’espace économique francophone. Appel sera fait aux entrepreneurs malgaches détenteurs de projets pour contacter l’AMDP-Madagascar. Cette dynamique, à l’initiative du Président de la République de Madagascar, reposera également sur une forte mobilisation et implication des populations rurales et des collectivités locales.

Des missions précises et une mise en synergie des acteurs économiques

Véritable interface opéra­tionnelle entre les acteurs économiques malgaches et la Communauté inter­nationale, notamment francophone, l’Agence Malagasy de Dévelop­pement économique et de Promotion des entre­prises (AMDP) agit en qualité de facilitateur et de catalyseur pour permettre la réalisation de projets territoriaux à fort impact économique et social et l’émergence d’entreprises malgaches de toute taille.

Les actions prioritaires visent à :

* Mobiliser, en priorisant l’espace économique francophone, les méca­nismes d’appui, les faci­lités et les financements mis à disposition par les bailleurs de fonds privés ou les agences de déve­loppement bilatérales et multilatérales.

  • Permettre à des entre­prises de l’espace éco­nomique francophone de trouver des sources d’approvisionnement compétitives à Mada­gascar pour ainsi amé­liorer la compétitivité de l’île et contribuer active­ment au transfert de technologie.
  • Permettre à des entre­prises malgaches de conclure des contrats commerciaux avec des entreprises franco­phones pour renforcer l’intégration de l’île dans les chaînes de valeur mondiales.
  • Favoriser les parte­nariats stratégiques et les rapproche­ments capitalistiques entre les entreprises malgaches et les en­treprises francopho­nes dans une ap­proche gagnant-ga­gnant.

Afin de parvenir à une véritable appropriation locale dans l’implémen-tation de cette dyna­mique de développe­ment, l’Agence articule sa stratégie autour du Partenariat Public / Privé / Population.

Dans les territoires ci­blés, l’État assure, en dé­léguant le cas échéant les procédures de réali­sation et l’exécution à l’AMDP :

  • La mise en place des infrastructures de base (urbanisme, routes, énergie, eau, bâtiments publics).
  • La sécurisation de la gouvernance.
  • La préparation du capi­tal humain : recrute­ment, formation…
  • La mise à disposition des ressources fon­cières. Les collectivités locales :

– Appuient la promotion et le développement des productions lo­cales.

– Coordonnent les ac­tions sociales : emploi, alimentation, habitation, éducation, santé et loi­sirs…

Le secteur privé :

  • Apporte ses capacités de production, sa créati­vité et son potentiel commercial.
  • Contribue à la création de valeur dans les sec­teurs prioritaires identi­fiés.

La population :

  • Contribue au dévelop­pement local et à la lutte contre l’exode rural.

■ Bénéficie des projets à travers la satisfaction de ses besoins en em­plois, infrastructures, formation, intrants agri­coles.

Projets de développement territorial

Dans ses territoires d’in­tervention, l’AMDP a pour ambition de créer ou de ren­forcer une production orien­tée vers le marché en favorisant des activités à économie circulaire dont les valeurs ajoutées sont optimi­sées à travers une chaîne de valeur, notamment dans le secteur agricole. Ces activi­tés visent à la fois la crois­sance économique durable et la sécurité alimentaire. Une douzaine d’espaces de croissance économique (ECE) répartis dans toute l’île, constituent les zones ci­bles de l’AMDP. Dans chaque territoire, un déve­loppement par filière inté­grée, d’amont en aval, est privilégié avec la constitution

de grappes d’activités ou d’entreprises. Le démarrage est effectué sur une superfi­cie limitée mais, au fur et à mesure de son avancée, le projet rayonne sur un péri­mètre conique de plus en plus large, se traduisant par une déconcentration démo­graphique et une répartition équilibrée des opérations sur l’ensemble du territoire. Les activités sont menées en association avec l’Etat, les collectivités locales, les populations et les entreprises existantes ou à créer. Ceci afin de permettre une gouvernance efficace, une appropriation et une inclusivité sociales et une rentabi­lité optimale.

Projets de promotion et de développement d’entreprises

amdp2

Le portefeuille de l’AMDP inclut également des projets de promotion et de dévelop­pement d’entreprise. Il s’agit d’occuper le marché des secteurs prioritaires par la création de nouvelles entre­prises, le renforcement de jeunes pousses et la conso­lidation de firmes plus ma­tures par développement organique ou croissance externe. Vis-à-vis des entre­prises concernées, l’AMDP joue le rôle de catalyseur d’opportunités, d’accompa­gnateur d’initiatives, de faci­litateur de partenariats et d’échanges avec les agents économiques de l’espace économique francophone et de mobilisateur de circuits d’investissement et de finan­cement.

Quelques chiffres clés:

  • Seuls, 7 % de la population ont accès à l’eau et l’électricité.
  • 16 % des terres sont cultivées alors que l’agri­culture occupe environ 80% de la population.
  • 70% des espèces végétales de l’île ont des vertus médicinales ou cosmétiques.

Le mot du Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina

« Madagascar a l’insigne honneur de recevoir le Sommet de la Francopho­nie de 2016. Deux ans après l’adoption par i’OIF à Dakar de la Stratégie éco­nomique pour la Francopho­nie, cet honneur est doublé d’un privilège. En effet, le Sommet d’Antananarivo -dont le thème est « croissance partagée et développement responsable, les conditions de la stabilité du monde et de l’espace fran­cophone » – constitue une occasion de lancer et de consolider des initiatives permettant de donner une substance au concept de francophonie économique. De même que la francophonie a été efficace dans la préservation des spécificités linguistiques et culturelles des pays membres, elle est aussi appelée à apporter sa part aux efforts d’édification économique et de construc­tion sociale auxquels se consacrent nombre de na­tions francophones. Dans cette optique, des outils de coopération et d’intervention doivent être mis au point pour être pertinents et effi­caces à l’échelle concrète de chaque pays franco­phone et au niveau global de l’espace économique francophone. C’est pourquoi, je me félicite de la création de l’Agence Mala­gasy de Développement économique et de Promo­tion des entreprises (AMDP). Fruit d’une collaboration entre entités francophones et malgaches, la mise en route de cette Agence témoigne des valeurs de solidarité au sein de la francophonie et augure positivement des synergies qui y seront exploitées. Par l’intermédiaire de projets économiques structurants que l’AMDP est amenée à réaliser en exploitant les ressources des pays, des entreprises et des investisseurs de l’espace francophone, l’objectif est d’œuvrer pour briser le cercle vicieux du sous-développement et de mettre Madagascar sur les rails d’une croissance partagée et d’un développement responsable’.

Composition des différentes instances de l’Agence Malagasy de Développement économique ei de Promotion d’entreprises [AMDP]

  1. Conseil d’Administration :

– Steve Gentili, Président FFA, Président
– Hugues Ratsiferana, Président CNO -André Lenquette
– Gaston Ramenason
– Florence Brillouin
– Elia Ravelomanantsoa
– Eric Rakoto-Andriatsilavo

– Lovatiana Mickaël Rakotoarimanana

  1. Membres associés :

– Salim Ismail, Groupe Socota
– Panayotis Taloumis, Groupe Taloumis
– Claude Pagès, Exofruimad

  1. AMDP Branche Madagascar :

– Fredy Rajaofera Andriambelo, Président du Comité de Pilotage

  1. Partenaires opérationnels :

– Xavier Bertrand, Positive Planet
– David Syed, Orrick
– Yun Ma, Orrick -Adrien Guidet, Orrick
– Philippe Perdrix. 35°Nord
– Romain Grandjean, 35°Nord

  1. Exécutif :

– Hugues Ratsiferana, DG
– Jaona Ravaloson, DGD
– Sylvia Pagès
– Raphaël-Ange Prébay,
– Mamisoa Razanajatovo

Steve Gentili, Président du CA de l’AMDP et Hugues Ratsiferana, Directeur Général

amdp3

« Mettre fin au para­doxe malgache en capitalisant sur l’espace économique franco­phone »

Depuis son indépen­dance, l’île de Madagas­car vit un paradoxe. Malgré des ressources naturelles exceptionnelles et de formidables atouts qui pourraient structurer une économie solide, di­versifiée et créatrice de richesses, Madagascar reste un pays confronté à la pauvreté. En effet, des lacunes structurelles pé­nalisent le pays : vulnéra­bilité de l’économie face aux chocs extérieurs, in­suffisance des infrastruc­tures, atomisation du marché intérieur, défi­cience des capacités de financement, faiblesse du secteur privé, persistance d’une agriculture de sub­sistance… Faut-il pour au­tant abandonner la partie et s’en remettre unique­ment à la générosité des bailleurs et de la Commu­nauté internationale ? Non. L’île de Madagascar doit trouver sa propre voie de développement en ac­cord avec sa population, en harmonie avec sa culture, en synergie avec des partenaires fiables et équitables, et en cohé­rence avec ses atouts. Les réserves pétrolières et minières du pays atti­rent des groupes interna­tionaux de renom. L’éco­système naturel, com­posé notamment d’es­sences de plantes endogènes uniques au monde, constitue un tré­sor végétal sans égal. La diversité des climats et une terre généreuse ont de quoi transformer l’île en un abondant grenier. Ces atouts malgaches sont connus, identifiés, documentés. Il convient à présent de les exploiter durablement pour amélio­rer les conditions de vie de la population. Il n’y pas de fatalité. Madagascar doit créer de la « valeur pour tous » et transfor­mer sur place son   « pac­tole naturel ». Telle est la vocation de l’Agence Ma­lagasy de Développe­ment économique et de Promotion des entre­prises (AMDP) qui s’Ins­crit dans la volonté du gouvernement de «lutter contre la pauvreté grâce à une croissance inclusive», dans le cadre du Programme Général de l’État (PGE) et du Plan National de Développe­ment 2015 – 2019 (PND). Sous l’impulsion du Chef de l’État, SEM Hery Ra­jaonarimampianina, cette stratégie repose sur trois piliers : améliorer la gou­vernance, favoriser la re­lance économique et élargir l’accès aux ser­vices sociaux de base. Pour appuyer cette poli­tique, l’Agence va identi­fier des projets terri­toriaux ainsi que des pro­jets d’entreprises et les structurer pour ensuite mobiliser des finance­ments et attirer des par­tenaires au sein de l’espace économique francophone. L’objectif est de donner de la vi­gueur au secteur privé malgache et de fédérer les forces vives de la Na­tion. Les trois secteurs prioritaires retenus (agro-industrie, services et énergie verte) ne doi­vent rien au hasard. Ils constituent les piliers et des leviers de l’écono­mie nationale. Pour mettre un terme au paradoxe malgache.

Michaëlle Jean, Secrétaire Générale de I’OIF

amdp4

Lancé officiellement le 14 Septembre 2016 à Paris, l’Agence Mala­gasy pour le Développe­ment et la Promotion d’entreprises (AMDP) est une structure visant à pro­mouvoir le redécollage économique de Madagas­car. Quels en sont les en­jeux ? Quelles sont les attentes, dans ce grand chantier ?

Cette initiative conjointe de Madagascar et du Forum Francophone des Affaires (FFA) s’inscrit dans le cadre XVIe Sommet de la Franco­phonie qui se déroulera à Antananarivo les 26 et 27 novembre 2016. Le lance­ment s’est déroulé le 14 sep­tembre 2016, en marge de la 1ère série des Journées de la Francophonie écono­mique et numérique, une ini­tiative de I’OIF, qui a rassemblé à Paris, des re­présentants du monde poli­tique, des experts écono­miques du secteur privé et des acteurs de la société ci­vile. La Direction de la Fran­cophonie économique et numérique de I’OIF a pour ambition de contribuer de manière concrète et structu­rante à la promotion d’une croissance inclusive qui vise la création d’emplois et d’ac­tivités économiques inno­vantes et pérennes au sein de l’espace francophone. L’OIF accorde une place particulière à l’entrepreneuriat des femmes et des jeunes dont l’apport est in­dispensable aux Objectifs du Développement Durable (ODD).

Les 26 et 27 novembre prochain, Madagascar ac­cueillera le XVIème Sommet de la Francophonie, placé sous le thème de la « crois­sance partagée et du déve­loppement responsable, les conditions de la stabilité du monde et de l’espace fran­cophone ». Cette rencontre internationale de premier plan, réunissant les déléga­tions des 80 pays membres, associés et observateurs de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) constitue une opportunité unique de promouvoir la stratégie économique de la francophonie et impulser la politique de développement économique de l’île. À cet effet, le Conseil National d’Orientation (CNO) du Sommet de la Francophonie et le Forum Francophone des Affaires (FFA) ont créé en juin 2016 l’Agence Mala­gasy de Développement économique et de Promotion des entreprises (AMDP). LAgence mise notamment sur le levier que constituent les solidarités actives entre les pays francophones qui représentent dans le monde 14 % de la population, 14 % du revenu brut et 20 % des échanges de marchandises.

Share This Post

Post Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.