Conflits sur les exploitations minières : Le ministère des Mines rejette les responsabilités

De droite à gauche, le SG du ministère des Mines et du Pétrole, Tiavina Oméga Ranoroharisoa, le directeur du cabinet Mamy Francis Ranoelison et le DG des Mines et du Pétrole, Carl Andriamparany.
De droite à gauche, le SG du ministère des Mines et du Pétrole, Tiavina Oméga Ranoroharisoa, le directeur du cabinet Mamy Francis Ranoelison et le DG des Mines et du Pétrole, Carl Andriamparany.

Une solution est déjà concoctée pour l’affaire Soamahamanina et sera annoncée d’ici peu, selon le ministère en charge des Mines et du Pétrole. Ce dernier a noté que pour l’exploitation illégale à Didy, il faut se tourner vers le ministère de l’Environnement.

Ce ne seront pas les habitants de Soamahamanina qui pourront décider unilatéralement de la reprise ou non, du projet aurifère dans cette zone, d’après le ministère en charge des Mines et du Pétrole. « Ce genre de problème existait depuis toujours et ce n’est pas la faute du régime actuel », a annoncé le directeur du cabinet au sein de ce département, lors d’une conférence de presse organisée hier à Ampandrianomby. D’après ses propos, des discussions sont déjà en cours pour la recherche de solution à ce problème ; une solution qui sera appliquée d’ici à quelques jours ou au plus tard, quelques semaines, quelque soit les mouvements menés sur les lieux en question. « Le cas de Soamahamanina est un problème socioculturel à la base. Les habitants des zones reculées sont toujours fortement impressionnés par la venue des étrangers avec des engins. Les politiques profitent de cela pour créer un mouvement visant à déstabiliser le régime en place. Mais ensuite, le problème devient économique, alors que ce projet devrait être un facteur de développement », a-t-il annoncé.

Catégoriques. Pour sa part, le DG des Mines et du Pétrole, Carl Andriamparany a noté que des rencontres ont déjà été faites avec l’association des habitants de Soamahamanina. « Ces derniers ont refusé le projet, avant de le connaître. Il y a un cahier des charges que nous avons traduit en malgache et qui circule avec un cahier de doléances pour trouver la solution propice », a-t-il indiqué. Dans un même temps, ce responsable auprès du ministère a souligné que les mines appartiennent à l’Etat et non pas aux habitants locaux. Pour le DG des Mines, les manifestations pourraient également être motivées par un conflit d’intérêt avec les orpailleurs de Soamahamanina, qui travaillaient pourtant dans l’informel, mais qui sont en train de formaliser leurs activités, aujourd’hui, suite à l’entrée en action de la société chinoise Jiuxing Mines.

Changements. En ce qui concerne le cas de Didy Zahamena, le Ministère des Mines et du pétrole a noté que les permis attribués n’incluent pas les aires protégées. « Comme par hasard, il y a toujours des richesses minières sous toutes les aires protégées de Madagascar. On ne sait pas si la mise en place des ces aires protégées dans ces zones est faite exprès », ont évoqué les représentants du Ministère des Mines. En outre, ils ont affirmé qu’il faut plutôt se tourner vers le Ministère de l’Environnement qui s’occupe des aires protégées, pour le cas de Didy Zahamena, car le département en charge des mines n’est pas le seul concerné.

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

2 Commentaires - Ecrire un commentaire

  1. c’est l’extrait de la code minière qui date depuis 60 ans De toute façon Madagascar n’a pas les moyens pour exploiter ses ressources minières Et tout pays qui veut investir dans un autre pays cherche toujours du profit L’objectif est peut être comment négocier avec le pays à qui on pourrait faire le maximum de profit.

  2. · Edit

    Que veut-dire la phrase « les mines appartiennent à l’Etat et non pas aux habitants locaux » mais qui est l’Etat et qui sont les habitants locaux? Ce sont maintenant des rivaux? Qu’il aille se faire soigner ce mec!

Poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.