Trouble au sein du Sénat : Un risque de déstabilisation économique, selon les sénateurs

Des sénateurs pacifistes prônent la stabilité institutionnelle.
Des sénateurs pacifistes prônent la stabilité institutionnelle.

Malgré l’environnement économique encore défavorable aux investissements, les activités économiques commencent à s’intensifier. Cette évolution positive ne doit pas être perturbée, selon des membres du Sénat, lors d’une rencontre avec les médias, hier.

 

La stabilité institutionnelle est une condition nécessaire pour préserver la paix sociale et l’environnement socio-économique favorable aux investissements. C’est le message confié hier à la presse par un groupe de sénateurs, quelques jours après la conférence de presse d’autres sénateurs HVM, qui ont déclaré être ouverts à tous. En effet, ces sénateurs ont présenté les issues possibles, dans le cas où le conflit politique ouvert entre sénateurs élus et sénateurs nommés ne seraient pas résolus dans le temps. D’après les propos recueillis, la situation actuelle n’est pas propice pour créer un conflit au sein du régime en place. « Ce sont les opposants qui en profitent pour renforcer leur stratégie de destitution du Président de la République. Pour éviter un événement irréparable, les acteurs qui soutiennent le régime en place doivent avoir une capacité d’anticiper les effets négatifs de toute décision source de conflit interne. Il est insensé de faire fuir physiquement ou psychologiquement ses alliés », ont-ils soutenu.

Conflit interne. D’après les explications fournies, le trouble actuel au sein du Sénat n’est que le fruit d’une divergence d’idées. Et pourtant, avec la tournure actuelle, le risque est grand pour la stabilité institutionnelle. D’après les sénateurs pacifistes, les impacts d’une éventuelle déstabilisation peuvent directement se répercuter sur les investissements à Madagascar, sachant que l’environnement des affaires a été fortement dégradé par la longue période de crise. « En cas de choc, notre économie se dégrade très vite, en chute libre. Or, il faut beaucoup de temps pour la remettre à niveau. Nous incitons donc les parties concernées à bien peser chaque option, avant de s’engager dans une décision qui pourrait finir au désastre. Le dialogue et le consensus sont des modes de résolution de conflits   plus souples et plus pertinents. C’est au Président de la République de prendre la première initiative pour consolider les forces du pouvoir et réduire les risques de faiblesses et de menaces. De même, les sénateurs HVM devraient consulter d’abord l’avis du Président de la République, qui a confié une mission de bonne gouvernance aux membres du Bureau permanent dont l’application de gestion saine et efficiente du budget et des Ressources humaines, avant d’exposer par voie de presse les divergences d’opinion », ont-ils déclaré. Bref, si l’on considère ces propos, c’est la vie socio-économique dans la Grande Ile qui est à nouveau menacée par la guéguerre au sein du Sénat.

 

Antsa R.

Suivez-nous aussi sur Facebook

Partager cette publication

Poster un commentaire